Loterie «Record de chaleur»: Loto-Québec fait marche arrière | 24 heures
/environment

Loterie «Record de chaleur»: Loto-Québec fait marche arrière

Image principale de l'article Critiquée, Loto-Québec retire sa nouvelle loterie

À peine 24 heures après avoir lancé sa nouvelle loterie «Record de chaleur», Loto-Québec recule et retire ce nouveau gratteux du marché. 

• À lire aussi: Météo extrême et feux de forêt: vers de nouveaux records de chaleur dans l’Ouest?

• À lire aussi: Le dôme de chaleur au Canada «presque» impossible sans le réchauffement climatique

«Nous comprenons la sensibilité entourant le billet Record de chaleur, même si ce n'était pas dans cet esprit que le billet avait été conçu. Dans ce contexte, Loto-Québec a pris la décision de retirer le billet du marché», a indiqué par courriel au 24 heures Renaud Dugas, porte-parole de Loto-Québec. Les lots des billets déjà vendus seront malgré tout honorés, a-t-il ajouté. 

Cette nouvelle loterie ne passait pas auprès de certains groupes environnementaux.  

«C’est plutôt aberrant et insensible», avait réagi Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales chez Équiterre. 

«Les changements climatiques, c’est une réalité qui affecte des milliers de personnes, poursuivait-il. Il y a des morts, il y a des gens qui perdent leur maison, il y a des agriculteurs qui perdent leurs récoltes, et ce que Loto-Québec fait, c’est de dire “Go! Plus il va faire chaud, plus les changements climatiques vont être importants, plus vous allez gagner.” On s’entend que ce n’est pas le genre de message qu’on veut passer.» 

La nouvelle loterie de Loto-Québec prévoyait des gros lots d’une valeur initiale de 1000$, mais dont le montant aurait été multiplié par la température du jour au moment du tirage. Quatre tirages étaient initialement prévus. 

«Un exemple du capitalisme à son pire» 

«C’est vraiment étonnant, je dois avouer que je suis un peu déçue», réagissait de son côté Sabaa Khan, directrice générale pour le Québec et l’Atlantique de la Fondation David Suzuki. 

«C’est un exemple du capitalisme à son pire, poursuivait-elle. C’est un jeu qui prend une crise existentielle et non seulement la normalise, mais en tire profit aux dépens du public. Au lieu de se réveiller un jour de canicule et de ressentir la crise climatique, ce jeu encouragera les joueurs de loterie à vouloir que la température soit plus élevée pour un gain personnel. Je trouve que c’est moralement discutable.» 

Jointe par le 24 heures, Loto-Québec avait initialement indiqué que l’objectif de la loterie était simplement de faire un clin d’œil à l’été, alors que les vacances de la construction se dessinent. Le concept avait été élaboré en automne 2020 et ces billets auraient été en vente pour quelques semaines seulement. 

«Le billet n’a donc absolument rien à voir avec les enjeux liés aux changements climatiques; s’il y avait eu une adéquation de la sorte, nous n’aurions jamais mis en marché ce produit», nous avait expliqué par courriel le porte-parole de Loto-Québec. 

Une décennie déterminante 

Néanmoins, pour Sabaa Khan et Marc-André Viau, il était nécessaire que la société d’État retire rapidement du marché cette nouvelle loterie lancée au lendemain d’une vague de chaleur extrême qui a balayé l’Ouest canadien, menant à des incendies majeurs et à des décès par centaines. 

«On est dans la décennie essentielle concernant le changement climatique, il ne nous reste pas beaucoup de temps pour changer nos habitudes, changer notre système, la façon dont nous consommons, dont nous travaillons, dont nous nous déplaçons, expliquait Sabaa Khan. On a besoin d’une transformation systémique, alors, le fait de sortir des jeux comme ça pour normaliser la chaleur et les canicules, ce n’est pas vraiment quelque chose qui est dans l’intérêt public.»

À lire aussi

Et encore plus