Airbnb ferait augmenter la criminalité, selon une étude | 24 heures
/bref

Airbnb ferait augmenter la criminalité, selon une étude

Image principale de l'article Airbnb ferait augmenter la criminalité
Photo AFP

Airbnb n’aurait pas qu’une incidence sur le prix des loyers: il agirait aussi sur la criminalité. Les activités criminelles seraient effectivement en hausse dans les quartiers où il y a beaucoup d’appartements à louer sur Airbnb.

• À lire aussi: Pensionnats autochtones de Kamloops: le nombre de tombes non marquées pourrait être beaucoup élevé

C’est du moins ce qu’avance une nouvelle étude réalisée par l’Université Northeastern, à Boston. Les chercheurs se sont intéressés au nombre de crimes violents (bagarres, attaques au couteau, vols, etc.) survenus entre 2011 et 2018 dans divers quartiers de Boston, ainsi qu’au nombre de nouvelles annonces Airbnb affichées pendant la même période. 

Les crimes auraient augmenté dans les quartiers où le nombre de logements Airbnb disponibles était à la hausse. Mais ce n'est pas ce que vous pensez: Airbnb n'est pas un service prisé des criminels. 

La criminalité n'aurait en effet bondi qu'un an ou plus après qu’une hausse de l’offre de logements Airbnb eut été observée. Selon les chercheurs, c'est parce que la plateforme de location troublerait l’ordre social. 

«Ça vient éroder essentiellement la capacité naturelle d'un quartier à gérer la criminalité», a expliqué Dan O’Brien, dans une entrevue publiée sur le site Wired

«Ce ne sont pas les visiteurs eux-mêmes qui posent problème, c'est le fait que plusieurs logements qui normalement auraient été habités par des membres à part entière d’une communauté ont été retirés du tissu social», a-t-il poursuivi. 

Les nouvelles annonces Airbnb n’auraient toutefois pas eu d’incidence sur d’autres types de délits. Les plaintes pour bruit ou les disputes entre un propriétaire et un locataire n’auraient pas augmenté, tout comme les signalements pour ivresse sur la voie publique ou pour violence conjugale. 

Par ailleurs, un porte-parole d’Airbnb a rejeté les conclusions de l’étude, remettant notamment en cause sa méthodologie. Il a également souligné que l’étude avait été réalisée dans une seule ville. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus