L’emoji d’homme enceint sera bientôt disponible | 24 heures
/misc

L’emoji d’homme enceint sera bientôt disponible

Image principale de l'article L’emoji d’homme enceint sera bientôt disponible
Twitter Unicode Consortium

Un emoji d’homme enceint fait partie des nombreux nouveaux emojis qui seront déployés sur les différents claviers d’ici la fin de l’année.

C’est à l’occasion de la Journée mondiale des emojis qui se tiendra ce samedi, le 17 juillet, que le consortium Unicode a dévoilé les quelques dizaines de nouveaux emojis de l’an de grâce 2021.

• À lire aussi: Sugar Sammy se moque de la démarche du Parti Québécois pour doter le Québec de la version emoji de son drapeau

L’organisme à but non-lucratif qui se charge de coordonner le développement des emojis utilisés par Facebook, Google, Apple et les autres a déclaré que la nouvelle cuvée d’emojis a pour but d’améliorer la diversité de genres parmi ceux qui sont disponibles.

En effet, le consortium Unicode a souvent fait face à des critiques qui l’accusaient de ne pas être suffisamment inclusif dans sa palette d’emojis.

Jeremy Burge, le «chief emoji officer» chez Emojipedia, a expliqué en guise d’exemple qu’aux côtés du prince et de la princesse, il y aurait également une troisième personne de genre neutre à porter une couronne.


«Presque tous les emojis peuvent avoir une option de genre neutre, avec le choix d’utiliser une femme ou un homme lorsque c’est pertinent», a-t-il indiqué.

• À lire aussi: Le PQ veut un emoji du drapeau du Québec au PC

En plus de l’homme enceint et de la personne couronnée de genre neutre, de nombreux autres emojis seront aussi rendus disponibles aux utilisateurs de réseaux sociaux.

Parmi ceux-ci: un visage qui se cache la bouche, un visage qui salue, des poignées de mains entre personnes aux teintes de peau différentes, un doigt qui pointe, un nid d’oiseau, une boule disco, une béquille et celui qu’on attendait tous: le drapeau du Québec la batterie presque vide.

À voir aussi sur le Sac de Chips:

s

s

s


Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus