Steam Deck: il fallait être «très agressif» avec le prix, même si c’était «douloureux», affirme Gabe Newell | 24 heures
/misc

Steam Deck: il fallait être «très agressif» avec le prix, même si c’était «douloureux», affirme Gabe Newell

Image principale de l'article Valve voulait être «très agressif» avec le prix
Courtoisie Valve

Si vous vous intéressez minimalement au monde des jeux vidéo, vous avez probablement vu passer jeudi l’annonce du Steam Deck, la première console portable de Valve, qui se veut un PC aux allures de Nintendo Switch.

• À lire aussi: Valve annonce le Steam Deck, sa propre console portable pour rivaliser avec la Switch

• À lire aussi: Nintendo dévoile une nouvelle console, la Nintendo Switch OLED

Si l’idée d’une console estampillée Valve étonne, tout comme ses caractéristiques plutôt intéressantes pour un ordinateur gaming de poche, c’est tout particulièrement son alléchant prix de base qui a attiré l’attention.

Oui, pour 499 $ canadiens, vous n’aurez que 64 Go de stockage, mais on parle tout de même d’un petit 50 $ de plus par rapport à la version OLED de la Switch, annoncée la semaine dernière... et significativement moins puissante que le Steam Deck.

En entrevue avec IGN jeudi, le PDG de Valve, le seul et unique Gabe Newell, a justement confirmé que d’offrir la console à un prix compétitif avait été l’un des points de mire de l’équipe lors du développement de l’appareil. Selon lui, il fallait être «très agressif», puisque le rapport prix-performance est «l’un des facteurs critiques dans le secteur mobile».

«Je veux prendre [la console] et dire que tout fonctionne. Que c’est très rapide, que c’est très... ensuite, le prix, c’était secondaire et douloureux. Mais c’était tout de même un aspect critique, a souligné Newell. Mais le plus important, c’était la performance et l’expérience, qui étaient la plus grande et fondamentale contrainte qui nous a motivés.»

La directrice du matériel chez Valve, Shreya Liu, a abondé dans le même sens que son PDG, comme quoi le prix de l’appareil «était très important», et ce, dès le début de la conception.

«Nous avons fait le design avec cela en tête et travaillé très, très fort pour parvenir à ce prix», a-t-elle précisé.

Pour le long terme

Sans grande surprise, Valve n’a pas précisé quelle sera sa marge de profits pour le Steam Deck. Gabe Newell a cependant indiqué que le but de l’entreprise avec sa console portable était de viser un succès à long terme, quitte à vendre le Steam Deck à un prix initialement un peu moins avantageux pour Valve.

«Personne n’a jamais dit: "Oh, nous avons un immense succès, où il y a clairement une demande énorme pour cela, mais nos marges sont trop petites". N’est-ce pas? Et beaucoup de gens ont vendu des trucs trop cher et ont gâché leur chance, en convainquant le public que c’était une catégorie [de produits] inintéressante dès le départ», a soutenu Newell. Notre vision, c’est que nous faisons cela pour le long terme. Et il y a beaucoup d’opportunités.»

Certes, Valve n’a pas une réputation tellement enviable du côté de la durée de vie de ses périphériques, ayant «tué» assez rapidement plusieurs projets prometteurs par le passé. Cela dit, si les joueurs sont au rendez-vous, le Steam Deck semble le produit parfait pour briser ce cycle chez Valve.

Rappelons que les réservations pour la console ouvriront ce vendredi 16 juillet à 13h, heure de l’Est, sur le site officiel du Steam Deck, alors que les premières livraisons sont prévues pour décembre 2021.

La version de base de la console sera vendue 499 $, comprenant un étui et 64 Go de stockage. Des versions à 659 $ et 819 $ seront également offertes, proposant notamment du stockage plus rapide, d’une capacité respective de 256 et 512 Go.

À VOIR AUSSI 

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus