Encore 216 ménages à la recherche d'un appartement à Montréal | 24 heures
/bref

Encore 216 ménages à la recherche d'un appartement à Montréal

Image principale de l'article  216 ménages cherchent encore un appart à Montréal
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Dix-neuf jours après la date classique des fins de baux, pas moins de 216 ménages sont accompagnées par l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) parce qu'elles sont encore à la recherche d'un logement.

• À lire aussi: En dernier recours : voici ce qui arrive à ceux qui ne trouvent pas d’appartement

• À lire aussi: Un Montréalais de 22 ans veut devenir avocat... pour défendre les locataires

Les chiffres continuent d'augmenter : en date du 15 juillet, c'était plutôt 193 ménages qui n’étaient pas en mesure de trouver un logement. 

Le téléphone du service fourni par la Ville de Montréal ne dérougit pas. Le nombre d'appels à l'OMHM a connu encore une bonne augmentation avec pas moins de 667 appels à l’aide en 2021, contre 575 pour la même période en 2020.

Encore sans logis   

«Sérieusement, c’est assez inquiétant, exprime Véronique Laflamme, porte-parole au Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). L’explication tient vraiment dans la cherté et l’inadéquation des logements disponibles. Les locataires qui avaient des plans B pour quelques jours et espéraient trouver un logement après le 1er juillet ne trouvent rien qui corresponde à leurs besoins.»

Véronique Laflamme

Photo courtoisie

Véronique Laflamme

Le directeur des communications de l’OMHM, Mathieu Vachon, a avancé que plus de familles appellent au-delà du 1er juillet. 

Certains ménages n’auraient aussi pas encore trouvé de logis pour le 1er août et le 1er septembre. «Et nos services sont de plus en plus connus, autant par les organismes que par la population», a-t-il ajouté.

Moins d’hébergements  

L’OMHM note cependant une baisse du nombre de familles qui utilisent le service d’hébergement. Pour le moment, 49 familles sont à l’hôtel. En 2020, le nombre était de 72 à la même date. « Probablement qu’une proportion plus grande est hébergée chez des proches», a suggéré M. Vachon comme explication. 

Avec la situation sanitaire de l’année passée et les craintes associées à la pandémie de COVID-19, certaines familles avaient peut-être préféré ne pas aller chez des proches, a avancé de son côté Mme Laflamme. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus