Cédric Fofana, l’athlète olympique québécois à l’image de 2020 | 24 heures
/panorama

Cédric Fofana, l’athlète olympique québécois à l’image de 2020

Cédric Fofana
Courtoisie Vaughan Ridley

Cédric Fofana

Cédric Fofana, étudiant-athlète québécois de 17 ans, représentera le Canada aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, mais ce n’est pas seulement ça qui le définit. Voici le portrait d’un athlète qui porte aussi le flambeau de ceux qu’on appelle la «génération COVID». 

• À lire aussi: Cinq controverses autour des Jeux olympiques de Tokyo

• À lire aussi: Jeux olympiques : les athlètes russes devront utiliser Tchaïkovsky plutôt que l'hymne national

Pandémie, arrêt du sport, qualifications olympiques  

La pandémie, Cédric Fofana ne l’a pas eue facile. Après le début du premier confinement, il s’est entraîné comme à l’habitude pendant quelques semaines avant de devoir arrêter complètement en raison de douleurs très intenses au dos, dues à la spondylarthrite ankylosante, une forme d’arthrite qui touche davantage les jeunes athlètes. À son retour à l’eau en juin, Cédric ne sautait toujours pas et avait perdu beaucoup de poids. 

« La pandémie, ça m’a un peu tué. [...] Je voyais les autres plongeurs publier des vidéos d’eux qui s’entraînaient, qui disaient que la pandémie n’allait pas les arrêter... Ça, ça m’a vraiment fait quelque chose», a-t-il confié au 24 heures, visiblement encore ébranlé par le retard qu’il ne croyait pas pouvoir reprendre auprès de ses camarades.  

Cédric Fofana

Courtoisie Vaughan Ridley

Cédric Fofana

Ce n’est qu’en décembre 2020 qu’il a pu avoir accès à des médicaments pour traiter son mal. 

Une connaissance accrue de son orientation spatiale et de son corps ainsi que le talent naturel de Cédric l’ont tout de même mené aux essais olympiques dans lesquels il s’est classé pour Équipe Canada en juin dernier. «J’avais vraiment fait la performance du siècle», se remémore-t-il.  

Cédric Fofana

Courtoisie Vaughan Ridley

Cédric Fofana

• À lire aussi: Ces 5 Québécois pourraient gagner l'or aux JO : voici quand les regarder

«Le plongeon, ce n’est pas une affaire d’ethnicité»  

Pour Cédric, représenter la communauté noire dans une discipline sportive où elle est minoritaire est une réalisation qui le touche encore plus que tout le reste parce qu’elle défait beaucoup de préjugés. Le jeune sportif n’a jamais eu en affronter dans le milieu du plongeon, mais ce n’est pas le cas dans la vie de tous les jours. 

«Le fait d’être le seul sur l’équipe nationale en ce moment, c’est vraiment quelque chose qui vient me chercher. Ma couleur n’a rien à voir avec mes performances. C’est ce qu’il faut distinguer. À la fin de la journée, ce qu’il faut regarder, c’est le plongeon», affirme le jeune homme aux origines ivoiriennes.  

À sa manière, il reprendra le flambeau laissé par celle en qui il se reconnaît depuis plusieurs années : Jennifer Abel, plongeuse montréalaise et médaillée olympienne, dont le père est originaire d’Haïti. Elle briguera ses quatrièmes et derniers Jeux cette année; un lien amical et de solidarité serait né instinctivement entre les deux plongeurs. 

Jennifer Abel

Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Jennifer Abel

Reconnaître sa valeur... grâce à TikTok!   

Cédric Fofana a trouvé beaucoup de soutien sur TikTok pendant la pandémie. Il partage des vidéos de ses plongeons sur la plateforme depuis un peu plus d’un an, et la réaction et l’engouement de ses quelques 55 000 abonnés l’ont énormément surpris. Sa performance la plus visionnée sur TikTok a d’ailleurs atteint plus de 466 000 vues! 

«Ça m’a ouvert les yeux : tu peux parler [de tes réussites], tu as le droit. Et ce que tu fais, ce n’est pas banal», mentionne-t-il. 

«J’avais de la misère à accepter le fait que je ne suis pas juste un plongeur, mais un plongeur sur l’équipe nationale, qui a gagné des médailles à l’international... Que j’ai [accompli] des choses», reconnaît-il avec du recul. 

Et surtout, avec beaucoup de fierté. 

Tout le Québec pourra suivre Cédric Fofana, le plus jeune athlète québécois aux Jeux olympiques de Tokyo, à l’épreuve du tremplin de 3 mètres à partir du 2 août prochain. 

• À lire aussi: Les vêtements olympiques du Canada fabriqués en Chine, au Cambodge et au Mexique

*

7 Québécois dans l’équipe nationale de plongeon  

Décidément, le Québec est fort en plongeon : cette année, 7 des 10 membres de l’équipe canadienne sont d’origine québécoise.  

On compte les vétéranes Meghan Benfeito et Jennifer Abel, athlètes vedettes de la délégation olympique canadienne, mais également Vincent Riendeau et Pamela Ware. Mélissa Citrini-Beaulieu, Nathan Zsombor-Murray et Cédric Fofana en sont quant à eux à leurs premiers Jeux Olympiques. 

Meghan Benfeito

AFP

Meghan Benfeito

Des 13 médailles olympiques remportées par le Canada en plongeon, seulement une n’a pas été gagnée par un athlète québécois (ou un duo qui en comprenait au moins un). Et c’est la toute première, en 1956 à Melbourne, remportée par Irene MacDonald!  

De Sylvie Bernier, en passant par Alexandre Despaties jusqu’à Émilie Heymans, l’équipe de plongeon canadienne fait la renommée de la province à l’échelle olympique. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus