Harcèlement sexuel, discrimination envers les femmes: Activision Blizzard poursuivi par la Californie | 24 heures
/misc

Harcèlement sexuel, discrimination envers les femmes: Activision Blizzard poursuivi par la Californie

Image principale de l'article Activision Blizzard poursuivie par la Californie

Avertissement: l'article suivant traite d'abus sexuel, de harcèlement sexuel et de suicide.

Le Department of Fair Employment and Housing (DFEH), une agence de l’État de Californie chargée d’enquêter sur les affaires en matière de droit civil, a déposé une poursuite contre Activision Blizzard pour «violation des droits civils de l'État et des lois sur l'égalité de rémunération», a-t-on appris grâce à Bloomberg Law.

Le document, déposé à la Cour supérieure de Los Angeles, raconte dans le détail certains jeux auxquels se livrent des hommes à l'emploi du studio, sur fond de consommation d’alcool et de propos sexistes contre leurs collègues féminines, qui représentent environ 20% des employés du groupe. Le développeur et éditeur Activision Blizzard Inc. favoriserait une culture toxique dans laquelle le personnel féminin subit du harcèlement sexuel constant et est soumis à des salaires inégaux ainsi que des représailles. 

La plainte serait le résultat d'une enquête de deux ans menée par le DFEH, et décrit un climat dans lequel les femmes doivent «continuellement repousser les commentaires et avances de nature sexuelle non désirés de leurs collègues et superviseurs masculins». Des employées auraient subi des attouchements lors d'événements et de «cube crawls».

Les «cube crawls» sont décrits comme étant des moments où «les employés masculins boivent de grandes quantités d'alcool et se promènent d'un cubicule à l'autre et adoptent un comportement souvent inapproprié envers le personnel féminin». La plainte décrit également que des «employés masculins de la compagnie délèguent leurs responsabilités à des collègues féminines pendant qu'ils jouent à des jeux vidéo sur les heures du travail, parlent ouvertement de leurs relations sexuelles, parlent des corps féminins et font des blagues de viol.»

L'État déplore que des cadres et employés hauts placés aient adopté ces comportements sans répercussion. Dans un exemple tragique décrit par la plainte, une employée est décédé par suicide durant un voyage d'affaires avec un superviseur masculin, qui aurait apporté des objets sexuels lors du voyage en question. D'autres détails de cette tragédie sont fournis dans le document.

De nombreuses plaintes auraient été faites auprès des ressources humaines et de gestionnaires, mais ces départements n'auraient pas pris des mesures correctives efficaces. De plus, les employés auraient été découragés de déposer des plaintes aux ressources humaines, «car le personnel des ressources humaines était connu comme étant proche des présumés harceleurs».

Concernant les inégalités de rémunération, l'écart salarial s'étendrait jusqu'aux postes les plus élevés. «Les femmes qui atteignent des postes plus élevés gagnent moins de salaire, de rémunération incitative et de rémunération totale que leurs pairs masculins». 

Le DFEH demande une injonction forçant le respect des protections sur le lieu du travail, des salaires impayés, des ajustements salariaux, des pertes de salaires et d'avantages pour les employées. 

Contactée par Bloomberg (et plusieurs autres médias), la compagnie Activision Blizzard déclare qu'elle «prend toutes les allégations très au sérieux et enquête toutes les plaintes. Dans les cas d'inconduites, des mesures ont été prises pour résoudre les problèmes». 

«Le DFEH inclut des descriptions déformées, et dans de nombreux cas fausses, du passé de Blizzard. Nous avons été extrêmement coopératifs avec le DFEH tout au long de leur enquête, notamment en leur fournissant des données détaillées et une documentation abondante, mais ils ont refusé de nous informer des problèmes qu'ils percevaient».


Si vous avez besoin d’aide    

Centre d'aide aux victimes d'actes criminels (CAVAC)

www.cavac.qc.ca

1-866-532-2822

Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)  

www.rqcalacs.qc.ca

Montréal : 514-529-5252

Extérieur de Montréal : 1-877-717-5252

Ligne québécoise de prévention du suicide    

www.aqps.info

1-866-APPELLE (277-3553)        

À lire aussi

Et encore plus