«Une chose dont on n'a pas besoin pour régler la crise climatique, ce sont des milliardaires dans des fusées» | 24 heures
/environment

«Une chose dont on n'a pas besoin pour régler la crise climatique, ce sont des milliardaires dans des fusées»

s

Les milliardaires Jeff Bezos et Richard Branson ont tous deux réussi des vols dans l’espace durant le mois de juillet. Ils ont beau avoir réalisé «leur rêve d’enfance», ils nuisent à la lutte contre les changements climatiques, déplore un représentant d’Équiterre.

«En ce moment, on ressent les pires effets de la crise climatique. On demande aux gens, on demande aux gouvernements de changer leur façon de faire [...], mais on dirait que ces règles ne s'appliquent pas aux milliardaires», regrette l’analyste en politiques climatiques chez Équiterre, Émile Boisseau-Bouvier, dans une capsule Poing levé du 24 heures

Richard Branson, le fondateur de Virgin, s’est envolé dans l’espace le 11 juillet 2021, à une altitude de 86 km. Le patron d’Amazon, Jeff Bezos, a répliqué à son rival milliardaire quelques jours plus tard. Il a visité l’espace le 20 juillet, à bord d’une fusée de sa compagnie Blue Origin. 

AFP

Pollution exagérée

Émile Boisseau-Bouvier rappelle que chaque passager de ces vols dans l’espace émet en quelques heures plus de gaz à effet de serre que ce qu’une personne est censée produire chaque année, d’après les normes de l’Accord de Paris. 

Un vol à bord du SpaceShipTwo, l’avion spatial dans lequel Richard Branson s’est envolé, émet 27,2 tonnes de CO2, selon un rapport d’évaluation environnementale réalisé par l’Administration d’aviation fédérale aux États-Unis. C’est 4,5 tonnes de CO2 par passager. C’est autant d’émissions que l'on en produirait en faisant le tour de la Terre, seul, en voiture, selon le média universitaire The Conversation.  

AFP

«Ces milliardaires-là nous présentent [la technologie] comme notre unique planche de salut pour tous les grands problèmes mondiaux, incluant la crise climatique. En fait, il y a peut-être une chose dont on n'a pas besoin pour régler la crise climatique, ce sont des milliardaires dans des fusées», lance Émile Boisseau-Bouvier.

Critiques mondiales

Ils ont été plusieurs dans les médias et sur internet à déplorer l’impact environnemental de cette course touristique à l’espace. Des propos de Jeff Bezos ont aussi suscité la controverse alors qu’il a «remercié chaque employé d’Amazon et chaque client d’Amazon parce qu’ils ont payé pour tout cela». 

«Oui, les travailleurs d'Amazon ont payé pour cela – avec des salaires plus bas, de l'antisyndicalisme, un lieu de travail inhumain et frénétique, et des chauffeurs de livraison qui n'ont pas d'assurance maladie en pleine pandémie», a d’ailleurs tweeté la très populaire élue américaine, Alexandria Ocasio-Cortez.

La course à l’espace entre milliardaires va néanmoins se poursuivre en septembre. Elon Musk, fondateur de SpaceX et de Tesla, va entreprendre une expédition orbitale composée uniquement de civils à bord de sa fusée Crew Dragon.