Vaccins mélangés : les voyageurs pourront recevoir une troisième dose pour aller à l'étranger | 24 heures
/bref

Vaccins mélangés : les voyageurs pourront recevoir une troisième dose pour aller à l'étranger

Les gens qui voient leur vaccination ne pas être reconnue pour voyager à l’étranger, en raison de deux doses différentes, pourront recevoir une injection supplémentaire.
Photo d’archives, Stevens Leblanc

Les gens qui voient leur vaccination ne pas être reconnue pour voyager à l’étranger, en raison de deux doses différentes, pourront recevoir une injection supplémentaire.

Québec offre une solution aux gens qui se font refuser des voyages, notamment aux États-Unis, parce qu’ils ont reçu deux vaccins différents. Ces derniers peuvent maintenant recevoir une troisième dose, pour en avoir eu deux identiques.

• À lire aussi: La quasi-totalité des nouveaux cas au Québec parmi les gens non vaccinés

• À lire aussi: Deuxième dose: voici pourquoi vos effets secondaires semblent plus intenses

Cette nouvelle façon de faire vient en réponse à une histoire rapportée par Le Journal de Québec, dans laquelle on apprend qu'une famille a dû annuler ses plans de croisière dans les Caraïbes en apprenant que le croisiériste Norwegian Cruise Line ne considérait pas valide sa vaccination avec Pfizer en première dose et Moderna en deuxième.

«Exceptionnellement, les personnes pour qui il est nécessaire d’avoir une dose additionnelle de vaccin peuvent l’obtenir [...] si le besoin de se déplacer à l’extérieur du pays l’exigeait et qu’ils avaient reçu initialement un calendrier mixte», explique Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

• À lire aussi: On ne pourra pas aller aux États-Unis par la frontière terrestre pour encore au moins un mois

Sans condition particulière 

Le MSSS précise que cette dose pourra être administrée «à toute personne dont la vaccination ne sera pas reconnue dans le pays où elle se rend».

Les gens n’ont qu’à prendre un rendez-vous «de dépannage» sur Clic Santé ou aller dans un «sans rendez-vous». 

Toutefois, certaines mises en garde sont importantes. La dose additionnelle n’est pas requise pour être protégé et elle pourrait engendrer des réactions indésirables «plus fréquentes et plus intenses». 

Joël Lemay / Agence QMI

Il n’est d’autre part pas conseillé de se diriger vers les centres de vaccination pour aller chercher cette dose supplémentaire en prévision d’un voyage à long terme puisque la situation évolue. Les deux paliers de gouvernement confirmaient jeudi être en discussion afin de faire reconnaître la vaccination mixte à l’international.

Même si la combinaison de deux vaccins différents n’est pas toujours reconnue à certains endroits pour le moment, l’immunologue Alain Lamarre indique que la réponse immunitaire produite est excellente.

Une idée qui fait débat

Une troisième dose pour les voyageurs ne semble pas une bonne idée aux yeux de Jacques Lapierre, virologue à la retraite, notamment en raison des forts effets secondaires ressentis par plusieurs personnes lors de la deuxième dose. 

«Qu’est-ce que ça va faire une troisième dose? Est-ce qu’on a des données, est-ce qu’on a des essais cliniques qui supportent ça? J’ai un peu de misère avec ça. On est en train de jouer avec des vaccins, ce n’est pas n’importe quoi!»

Des centres refusent de vacciner 

Même si le gouvernement a affirmé qu'aucune preuve ne serait demandée pour l'administration du vaccin, des Québécois qui voulaient la troisième dose disent s'être faits retourner de bord au centre de vaccination.

«On m’a dit que je devais avoir un billet d’avion afin de prouver que j’avais un départ imminent pour avoir ma dose additionnelle», raconte Jacques Perrier, qui a tenté d'obtenir une troisième dose à Blainville car il comptait quitter le pays dans quelques semaines.

Une situation semblable est survenue près de Québec, ce week-end, lorsque Mélanie Gilbert a tenté d’obtenir une troisième dose de vaccin en vue de son voyage au Mexique cet hiver. 

Mélanie Gilbert

Photo Agence QMI, Guy Martel

Mélanie Gilbert

Les employés du centre de vaccination de l’entreprise Biscuit Leclerc, à Saint-Augustin-de-Desmaures, semblaient alors «totalement désemparés». 

«On m’a regardée comme si j’étais une extra-terrestre. On m’a dit qu’on ne faisait pas ça ici et que, de toute façon, mon voyage n’était pas assez imminent», lance celle qui a reçu deux doses dépareillées. 

Contacté à ce sujet, le CIUSSS de la Capitale-Nationale dit s’adapter à cette nouvelle directive et affirme qu’elle sera appliquée rapidement dans l’ensemble de leur site. 

Quelque 2,5 millions de Canadiens ont reçu deux doses de vaccins de fournisseurs différents. 

Les détails de la troisième dose  

  • Peut être administrée aux gens dont la vaccination « mixte » n’est pas reconnue dans le pays de destination   
  • N’augmente pas la protection contre le virus   
  • Peut provoquer des effets indésirables « plus fréquents et plus importants »   
  • Aucune preuve du séjour à l’étranger n’est requise    
  • Il n’existe pas d’étude pour mesurer l’impact de cette dose additionnelle   
  • Délai minimal de 4 semaines après la 2e dose    

- Avec l'Agence QMI