D'importants incendies liés à la chaleur extrême ravagent un village en Grèce | 24 heures
/environment

D'importants incendies liés à la chaleur extrême ravagent un village en Grèce

Image principale de l'article Des incendies ravagent un village en Grèce
AFP

Les feux de forêt continuent de frapper durement l'Europe: d'importants incendies près d'Athènes, en Grèce, ont ravagé un village au complet dans la nuit de mardi à mercredi.

«Nous avons été confrontés à un feu difficile dans des conditions caniculaires extrêmes», a indiqué le premier ministre Kyriakos Mitsotakis qui s'est rendu à Varympompi, le principal village touché par le feu, situé dans la pinède au pied du mont Parnès.  

• À lire aussi: Météo extrême: l’urgence climatique en dix photos saisissantes

• À lire aussi: Feux de forêt au Québec: 2,5 fois moins de terrain brûlé cette année

AFP

À 30 km au nord d'Athènes, Varympompi, poumon de la capitale, est une escapade fréquente des Athéniens. 

Le feu s'est déclaré mardi après-midi alors que la Grèce est frappée depuis une semaine par la pire canicule depuis trois décennies, avec des températures dépassant les 43 degrés Celsius par endroits. 

AFP

• À lire aussi: Amazonie: le Brésil n’atteindra pas son objectif de réduction de la déforestation

«La nuit était un enfer» 

Le ministre adjoint à la Protection du citoyen, Nikos Hardalias, a souligné que «la nuit a été exceptionnellement difficile».  

Mercredi matin, «la situation est meilleure et nous espérons que le feu sera mis sous contrôle dans les prochaines heures», a annoncé le service de presse des pompiers. 

Plus de 500 pompiers avec cinq hélicoptères et une dizaine des bombardiers d'eau étaient toujours à pied d'œuvre mercredi matin. 

AFP

«La nuit était un enfer», raconte Christos Sfetsas, devant son entrepôt brûlé, au milieu des pins calcinés. Il déplore «les dégâts énormes» dans son village.  

Comme des centaines d'autres habitants, Christos Sfetsas a quitté sa maison de Varympompi mardi après-midi après l'ordre d'évacuation, alors que le feu se propageait sur quatre fronts et devenait incontrôlable. 

«Les dégâts matériels sont énormes, sans parler de la forêt», constate le septuagénaire, en découvrant «le désastre» à son retour mercredi à l'aube. «Les flammes ont frôlé notre maison, mais heureusement elle n'a pas subi de dommages». 

Une ville fantôme 

AFP

• À lire aussi: Changements climatiques : Les «signes vitaux» de la Terre s’affaiblissent, selon des scientifiques

«Jadis un paradis», Varympompi est maintenant devenu «un lieu rasé» par les flammes, se lamente M. Sfetsas. Le feu s'est propagé très vite, «en une demi-heure, c'était le désastre». 

Désormais, tavernes, entreprises et habitations ne sont plus que des squelettes carbonisés d'où s'échappe encore de la fumée. La place centrale ressemble à un village fantôme vidé de ses habitants, a constaté un vidéaste de l'AFP tôt mercredi matin. 

AFP

Plus de 300 personnes avaient été évacuées mardi soir de Varympompi et de deux autres villages voisins et la police dit avoir aidé 70 personnes de localités entourées par les flammes. 

L'incendie n'a pas fait de victime mais selon les premières estimations, près de 80 maisons et une trentaine d'entreprises ont été sérieusement endommagées. 

En raison des températures dépassant les 40 degrés sur Athènes et la Grèce, «le risque d'incendie reste très élevé», a précisé M. Hardalias, selon lequel 40 feux étaient en cours mercredi.