Malgré l’échec de GNL, le gaz naturel est toujours «une énergie de transition», selon François Legault | 24 heures
/environment

Malgré l’échec de GNL, le gaz naturel est toujours «une énergie de transition», selon François Legault

Image principale de l'article Le gaz naturel, «une énergie de transition»
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

L’annulation du défunt projet Énergie Saguenay de GNL Québec n’a pas découragé François Legault d’appuyer de futurs projets d’exploitation de gaz naturel. Il ouvre d’ailleurs la porte à de nouveaux développements industriels dans la région de Saguenay. 

«Quand on remplace du charbon par du gaz, c’est une nette diminution. Puis, le gaz, c’est une énergie de transition», a souligné le premier ministre, jeudi. Il participait à une annonce au port de Saguenay, moins d’un mois après que le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, eut rejeté le projet d’usine de transformation gazière Énergie Saguenay.

• À lire aussi: «Il faut que ça soit dans les premières priorités», dit le gouvernement de la CAQ

• À lire aussi: On a demandé au ministre de l'Environnement où on en est dans ces dossiers

M. Legault lance un appel aux entrepreneurs: venez au Saguenay. Interrogé à plusieurs reprises sur ses ambitions pour la région, le premier ministre a martelé qu'il est important que des projets industriels s’installent dans les environs du fjord. 

À ses yeux, des projets comme celui de Métaux Blackrock, qui veut construire une usine de transformation de métaux à La Baie, ont tout avantage à se concrétiser.

La Coalition Fjord, un des groupes environnementaux les plus impliqués dans le secteur, s’est longtemps opposée à cet autre projet. «La Coalition demeure préoccupée par les impacts cumulatifs des projets industriels en développement sur le fjord. Le développement ne peut pas ignorer les impératifs environnementaux», nous a-t-on écrit jeudi.

Le premier ministre, lui, ne lâche pas le morceau.

«Moi, je vais vous dire: j’en veux, des projets industriels dans le port de Saguenay, a indiqué M. Legault. Vous ne trouverez pas un gouvernement qui va donner plus d’incitatifs.»

«Oui, l’environnement. Mais ça prend un équilibre. Pas aux dépens des emplois.» – François Legault, premier ministre du Québec  

GNL Québec s’était engagé à créer plus de 250 emplois permanents avec Énergie Saguenay. Après un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l'environnement, qui qualifiait d’obstacle à la transition énergétique le modèle sélectionné par la compagnie, Benoit Charette a mis le dernier clou dans le cercueil du projet le 21 juillet.

• À lire aussi: Le Groenland bannit toute exploration pétrolière

«C'est un projet qui est plus risqué qu'il n'a d'avantages. D'où la décision prise il y a quelques instants», avait alors affirmé M. Charette.

«Faussetés»  

François Legault véhicule des «faussetés» en vantant le gaz naturel comme énergie de transition, s'est insurgée la porte-parole en matière d'environnement de Québec solidaire, Ruba Ghazal, jeudi. «L’Agence internationale de l’énergie et de nombreux experts ne cessent de nous répéter: il faut abandonner les énergies fossiles comme le gaz naturel», a-t-elle martelé dans une déclaration.

L'élue de Mercier exhorte le premier ministre à repenser sa vision du marché de l'emploi dans la région.

«L’économie de demain sera verte et décarbonisée, et ce ne sont pas les opportunités d’emploi qui manquent pour réaliser cette transition», a-t-elle avancé.