Filmer et publier sa démission, une nouvelle tendance sur TikTok | 24 heures
/portemonnaie

Filmer et publier sa démission, une nouvelle tendance sur TikTok

Le hashtag #QuitMyJob rassemble des milliers d'utilisateurs désireux de quitter leur travail. L'objectif ? Se filmer en démissionnant, mais aussi signaler les comportements déplacés et les comportements toxiques.  

Qui n'a pas rêvé de revoir sa démission fracassante ? Shana Blackwell, ex-employée de la chaîne de supermarchés Walmart a quitté son travail de façon tonitruante en se filmant sur le réseau socialeTikTok. Utilisant les haut-parleurs du centre commercial, l'américaine a présenté sa démission et en a profité pour déballer le comportement toxique de ses collègues. «Jimmy des articles de sport, Joseph le caissier et Larry de la jardinerie vous êtes tous des pervers», dit-elle, devant, sous les rires de certains clients témoins de la scène. Plus qu'un simple règlement de compte, la jeune femme a ainsi dénoncé le racisme et le sexisme qu'elle a subi.

@shanablackwell

And here is the video of me quitting my toxic, sexist, racist workplace. ##walmartchallenge ##fyp ##viral ##walmart ##walmarthaul ##walmartfindspart1

♬ original sound - Shana

Cette vidéo, qui comptabilise plus de 35 millions de vues a lancé le hashtag #QuitMyJob. De nombreux internautes ont suivi son exemple et cette tendance s'inscrit sur la plateforme de partage de vidéos avec plus de 124 millions de visionnages. Plus qu'un départ tonitruant, il s'agit pour les employés qui démissionnent de pouvoir s'exprimer sur leurs conditions de travail et les violences racistes ou sexistes qu'ils ont pu subir.

Aux États-Unis, une vague de «grande démission" touche les salariés rapporte une étude. Les salariés «ont déclaré être plus inquiets, stressés, en colère et tristes en 2020 qu'ils ne l'avaient été l'année précédente».

Si la pratique offre un espace pour s'exprimer, de nombreux utilisateurs alertent quant à la démocratisation d'une telle pratique. Car, par une simple recherche internet, un employeur peut tomber sur ladite vidéo et ne pas vouloir recruter.

À lire aussi

Et encore plus