«Média manipulé»: Twitter ajoute un avertissement sous une vidéo des libéraux | 24 heures
/bref

«Média manipulé»: Twitter ajoute un avertissement sous une vidéo des libéraux

Les libéraux se sont fait ramener à l’ordre par Twitter ce lundi au sujet d’une vidéo partagée sur le réseau social, qui s’accompagne désormais de la légende «média manipulé». 

Le message en question a été diffusé dimanche par la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Dans la vidéo datant de l’an dernier, une militante conservatrice demande au candidat à la chefferie du parti conservateur d’alors, Erin O’Toole, s’il était favorable à un rôle accru du privé dans le système de santé.

M. O’Toole répond «oui», mais les nuances de sa réponse ont été coupées de la vidéo publiée par les libéraux, notamment lorsqu’il précise qu’un système de santé universel est «primordial» au Canada.

Pour cette raison, Twitter a ajouté la mention «média manipulé» au tweet de Mme Freeland.

Le Parti conservateur a demandé au commissaire aux élections fédérales de lancer une enquête à ce sujet.

Interrogé lundi matin au sujet de cette vidéo, Justin Trudeau a nié que la vidéo ait été modifiée et esquivé la controverse pour concentrer ses attaques contre le chef conservateur.

«Ce qui est important dans tout ça, c’est que M. O’Toole a clairement dit qu’il appuyait un système de santé à deux vitesses. On a publié l’entrevue au complet et j’invite tous les Canadiens à regarder exactement ce que M. O’Toole pense de notre système de santé», a-t-il affirmé.

«Les Canadiens et les Canadiennes méritent un vrai leader et pas une approche de style américain avec les mensonges (...) On doit avoir un leader éthique», lui a répondu Erin O’Toole en point de presse.

Sur une page explicative, Twitter détaille son approche de marquage et précise que la mention «média manipulé» peut accompagner les vidéos dont «le contenu a été édité de façon substantielle, d’une manière qui modifie fondamentalement sa composition, son ordre, son déroulement ou son cadrage».

«En cas de formes de manipulation de médias plus subtiles, comme l’édition de parties isolées, l’omission de contexte ou la présentation avec un faux contexte, les médias concernés peuvent être marqués ou supprimés au cas par cas», est-il précisé.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a qualifié l’événement de «très troublant»

«Les libéraux mettent de l’avant de la désinformation, la partagent en ligne, au point où Twitter a dû le marquer», a-t-il dit. M. Singh a indiqué qu’il voulait un resserrement des règles entourant la désinformation en ligne, qu’il a assimilé à la radicalisation.

– Avec Raphaël Pirro

À lire aussi

Et encore plus