Masque en tout temps, passeport vaccinal: voici tout ce que l’on sait sur la rentrée scolaire | 24 heures
/bref

Masque en tout temps, passeport vaccinal: voici tout ce que l’on sait sur la rentrée scolaire

Image principale de l'article Tout ce que l’on sait sur la rentrée scolaire
Photo d'archives, Chantal Poirier

La cloche est sur le point de sonner. Pour une deuxième année consécutive, les élèves et les étudiants du Québec suivront leurs cours dans des circonstances hors de l’ordinaire. Mais la rentrée se fera cette fois en personne, pour tout le monde. Voici ce que l'on sait jusqu'à maintenant.

• À lire aussi: Une hospitalisation sur cinq concerne une personne pleinement vaccinée: y a-t-il lieu de s’inquiéter?

• À lire aussi: Pas de retour à la normale avant 2022, prédit un virologue

s

Rentrée au primaire  

C’est sans doute dans les écoles primaires que la situation ressemblera le plus à celle de l’année 2020-21. Après tout, elles sont restées ouvertes l’an dernier. Malgré la menace que représente le variant Delta, le gouvernement de François Legault ne compte pas les fermer.

Le point d’interrogation demeurait jusqu'ici le port du masque. Imposé dans les classes en zone orange ou rouge le printemps dernier, il devait disparaître partout au Québec à la rentrée automnale. 

Or le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a fait volte-face aujourd'hui en conférence de presse: dans neuf régions, incluant Montréal, le masque devra être porté à l’intérieur, même dans la classe, assis à un bureau.


Le masque sera obligatoire en classe dans ces neuf régions:  

  • Montréal  
  • Laval  
  • Montérégie  
  • Lanaudière  
  • Laurentides  
  • Outaouais  
  • Estrie  
  • Centre-du-Québec   
  • Mauricie     

Quant aux bulles-classes, qui étaient en vigueur l’année dernière, elles disparaissent. Le ministre Roberge a confirmé la nouvelle début août. Les autobus pourront également accueillir un nombre d’élèves normal.

Photo d'archives

La différence entre le primaire et le secondaire? Le statut vaccinal des élèves. Pratiquement 500 000 jeunes non vaccinés franchiront les portes de leur école primaire dans les prochains jours. Le fait est que les vaccins contre la COVID-19 ne sont toujours pas offerts aux moins de 12 ans au Québec.

Les jeunes du primaire pourront tout de même participer à des activités parascolaires, puisqu'ils ne peuvent recevoir le vaccin.

Rentrée au secondaire  

Au-delà de la disparition des bulles-classes, les élèves du secondaire peuvent s’attendre à des changements dans leur quotidien au cours des prochains mois.

L’alternance école-maison pour les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire n’est plus. Fini, les journées passées devant un écran.

La couverture vaccinale est bonne chez les jeunes Québécois. Dans la catégorie des 12-17 ans – qui rime avec études secondaires –, une écrasante majorité de jeunes ont reçu une première dose (85%). L’administration des deuxièmes doses a presque atteint les 70%.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Ceux qui ont tardé à se faire vacciner devront faire une croix sur une bonne part des activités parascolaires, notamment les sports intérieurs et les sports de contact.

Les professeurs non vaccinés pourront quant à eux enseigner, du moins pour le moment. Si Québec a ouvert une discussion sur la vaccination obligatoire de certains employés de l’État, rien n’est décidé. Et aucune donnée officielle n’est disponible concernant le taux de vaccination du corps enseignant québécois.

Rentrée en enseignement supérieur  

Pour certains, ce sera un retour aux études en personne pour la première fois en plus d’un an. Pour d’autres, il s’agira d’une première expérience non virtuelle du cégep ou de l’université.

• À lire aussi: Rentrée : l'alcool interdit sur le campus de trois universités à Montréal

• À lire aussi: Cinq cafés où aller étudier à Montréal (les meilleurs)

Certains étudiants du cégep ont déjà pu s'acclimater à ce nouveau rythme. La rentrée collégiale s’est amorcée cette semaine, avec port du masque en tout temps. C’est aussi ce qui est prévu dans les universités.

Photo Adobe Stock

Le passeport vaccinal, qui fait débat au Québec depuis son lancement, ne servira pas dans les universités ou les cégeps. D’ailleurs, l'on n'exigera pas que ceux qui fréquentent les établissements d’enseignement supérieur soient vaccinés, comme c'est par exemple le cas à l'Université d'Ottawa. 

La question sera abordée en commission parlementaire à Québec à la fin de la semaine.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, avait laissé entendre en conférence de presse que les activités scolaires et sportives nécessiteraient une preuve vaccinale. Or elle n’a fait aucune mise à jour depuis le 6 août.

À lire aussi

Et encore plus