Code QR: la preuve vaccinale de François Legault piratée | 24 heures
/bref

Code QR: la preuve vaccinale de François Legault piratée

Image principale de l'article La preuve vaccinale de François Legault piratée
Photo Stevens LeBlanc

Des pirates informatiques ont facilement téléchargé hier les preuves vaccinales du premier ministre du Québec, François Legault, et des membres de son cabinet, rapporte le Bureau d'enquête.

Avec de simples informations qui traînaient sur internet et un logiciel de chiffrement pour trouver le numéro d’assurance maladie, des hackers ont pu mettre la main sur les précieux codes QR et les informations qui s’y rattachent.

• À lire aussi: Passeport vaccinal: voici comment ça va marcher

• À lire aussi: Voici tous les lieux et les activités qui seront interdits aux non-vaccinés

Il s’agit de renseignements personnels qui sont habituellement protégés par la loi d’accès à l’information.

Plusieurs personnes visées avaient aussi affiché sur les réseaux sociaux le lieu où ils ont été vaccinés ainsi que la date.

Ainsi, les preuves vaccinales du premier ministre François Legault, de son ministre de la Santé Christian Dubé et celle du ministre délégué à la Transformation numérique Éric Caire ont facilement été téléchargées.

Ce dernier avait pourtant assuré mardi que le code QR ne pouvait être falsifié ou copié. 

Les chefs des oppositions à Québec, Dominique Anglade et Gabriel Nadeau-Dubois, ainsi que des personnalités de la scène municipale, comme la mairesse Valérie Plante, font également partie des personnes visées à titre d’exemple par les pirates.

Photos Stevens Leblanc, Josie Desmarais et d'archives, Stevens Leblanc, Pierre-Paul Poulin et Agence QMI

Des informations mal sécurisées

«Le nom, prénom, date de naissance, lieu de vaccination... C’est facile à obtenir. Ce sont des informations mal sécurisées. Tu peux ainsi télécharger le code QR de n’importe qui», a expliqué au Bureau d'enquête une source très près de ce dossier, ajoutant que la configuration du site internet facilite le vol de preuve vaccinale.

«Si on a le bon [numéro] d’assurance maladie, ça nous dit si la date n’est pas bonne», a-t-il poursuivi. Cette personne a aussi souligné qu’elle pouvait multiplier les requêtes sans la moindre embûche.

À lire aussi

Et encore plus