Elle glisse des dépliants sur les pare-prises des voitures de luxe pour les inciter à passer à l’électrique | 24 heures
/environment

Elle glisse des dépliants sur les pare-prises des voitures de luxe pour les inciter à passer à l’électrique

Une résidante d’Outremont en a eu assez de voir autant de véhicules de luxe à essence dans les rues de son quartier. Elle a placé une cinquantaine de dépliants sur des pare-brise invitant leur propriétaire à se procurer des voitures électriques pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre.  

La Montréalaise, qui souhaite garder l’anonymat par crainte de représailles, se dit très préoccupée par les changements climatiques. Elle se questionne souvent à savoir ce que les citoyens peuvent faire individuellement pour améliorer le sort de la planète.  

«Même si des gens disent que la voiture électrique n’est pas la solution à cause des batteries à lithium, je crois que c’est une solution temporaire», soutient celle qui ne possède pas de voiture. 

Le mot d'une résidante d'Outremont, outrée de voir autant de voitures de luxe à essence.

Courtoisie

Le mot d'une résidante d'Outremont, outrée de voir autant de voitures de luxe à essence.

Sur le dépliant, on peut lire : «Cher. Voisin.e, nous sommes en crise climatique. Vous conduisez une voiture de luxe. Puisque vous avez les moyens, pourquoi ne pas acheter une voiture électrique dès que possible, pour réduire vos émissions de gaz à effet de serre? Amicalement, votre voisine. (SVP, pensez à recycler cette feuille).» 

Tous les jours, lorsqu’elle se balade près de chez elle, la femme croise des voitures Mercedes, BMW, Audi, Lexus et Volvo. Puisqu’il s’agit de voitures haut de gamme, elle est convaincue que les propriétaires ont les moyens de se procurer une voiture électrique. 

«Je me dis que ça n’a pas de bon sens, surtout que les gouvernements ont des subventions pour l’achat de véhicules électriques!», explique la dame, qui ne souhaite en aucun cas que son dépliant soit perçu comme un affront. 

Et comme elle remarque de plus en plus de voitures électriques Tesla dans le paysage montréalais, elle prend la peine d’encourager leurs conducteurs à coups de dépliants verts avec comme inscription : «Bravo, continuez!» 

Des subventions pour encourager le zéro émission 

Comme le souligne la Montréalaise, le secteur du transport est la deuxième plus importante source de GES au Canada. Ce secteur est responsable du quart des émissions au pays, dont la moitié proviennent des voitures et des véhicules utilitaires légers. 

Pour encourager les conducteurs à se tourner vers des véhicules zéro émission, les gouvernements fédéral et provincial offrent des subventions pouvant aller jusqu’à 13 000$ si elles sont combinées. 

Au Canada, une aide maximale de 5000$ à l’achat ou à la location d’un véhicule électrique neuf est prévue, tandis qu’à Québec, la subvention peut atteindre 8000$ dans le cadre du programme Roulez vert.  

À lire aussi

Et encore plus