Le prix des loyers explose et jette des milliers de familles à la rue au Brésil | 24 heures
/bref

Le prix des loyers explose et jette des milliers de familles à la rue au Brésil

Image principale de l'article La COVID jette plus de 14 000 de familles à la rue
AFP

Pas moins de 14 300 familles ont été expulsées au Brésil entre mars 2020 et juin 2021 et environ 85 000 autres sont menacées d’expulsion, selon une enquête menée auprès des acteurs sociaux du pays. Regard sur les rues de Sao Paulo.

• À lire aussi: Montréal (encore) sous la chaleur accablante: pas de répit pour les personnes itinérantes

Le propriétaire de la chambre où Monica et ses trois filles vivaient à Sao Paulo a subitement doublé le loyer. Sans solution, elles se retrouvent toutes les quatre à dormir dans la rue, comme de nombreux habitants de la capitale économique du Brésil.

Entre nourriture et logement, Monica a préféré que ses filles de deux, neuf et 12 ans se couchent sans être tenaillées par la faim.

«Si je ne peux que payer le loyer, avec quoi va-t-on se remplir le ventre?» demande cette femme de 33 ans qui a installé un campement de fortune il y a une semaine sur la Plaza Republica et son parc entouré d’immeubles.

Chaque soir, elle récupère ses filles à l’école après avoir collecté et vendu des matériaux recyclables qui lui rapportent entre 20 et 30 réais (4,84 et 7,27 dollar canadien) par jour.

La femme doit choisir entre nourrir ses enfants ou les loger.

AFP

La femme doit choisir entre nourrir ses enfants ou les loger.

Monica et ses trois filles partagent un vieux matelas prêté par André, un «voisin» sur la Plaza Republica.

L’homme s’occupe de leurs maigres objets personnels, des vêtements et quelques jouets, pendant qu’elles s’absentent.

«J’essaie de vivre une vie normale, de me laver, d’emmener les filles à l’école», dit Monica. «Mais quand on se réveille ici, vous comprenez qu’on ne se sent pas très bien... Ma grande peur est de tomber malade et que je ne puisse plus être avec elles».

Comme beaucoup, Monica ne veut pas aller dans des centres d’hébergement municipaux, par peur des violences et de la drogue.

Non loin de Monica, un itinérant s'occupe avec la peinture.

AFP

Non loin de Monica, un itinérant s'occupe avec la peinture.

Loin d'un cas isolé    

Leur histoire n’est pas un cas isolé dans les rues de la métropole, une jungle de béton et de gratte-ciel de 12 millions d’habitants, où la hausse du chômage due à la pandémie et le coût élevé du logement ont poussé de nombreuses familles à la rue.

«Il y a une augmentation importante du nombre de personnes qui se retrouvent pour la première fois dans la rue», affirme Kelseny Medeiros Pinho, coordinatrice pédagogique de la clinique des droits de l’homme de l’université de Sao Paulo.

AFP

«Si vous perdez votre emploi et n’avez pas d’alternative, la rue finit par être la solution», ajoute-t-elle, jugeant insuffisante l’aide accordée par le gouvernement de Jair Bolsonaro qui a été abaissée de 600 à 150 reais cette année (de 145 à 35 dollars canadiens environ).

Le président d’extrême droite et le bureau du gouverneur de Sao Paulo ont opposé leur veto à des projets de loi demandant la suspension des expulsions pendant l’urgence sanitaire.

Dans le seul État de Sao Paulo, 3970 familles ont été expulsées et 34 454 autres sont menacées.

Première fois en 30 ans  

Un porte-parole du Mouvement national de lutte pour la défense des sans-abri, Anderson Lopes Miranda, affirme que depuis 30 ans qu’il vit auprès des sans-abri il n’a «jamais» vu une telle situation.

«Avant, c’était des personnes âgées et des travailleurs qui perdaient leur emploi. Aujourd’hui, on voit des familles», se désole-t-il.

Le dernier recensement officiel, en 2019, a comptabilisé 24 344 sans-abri, dont 85% d’hommes. Un chiffre sous-estimé, pour les ONG.

À quelques rues de la Plaza Republica, Marcio Machado, de l’Eglise évangélique de la puissance de Dieu, dirige la distribution de 800 petits-déjeuners, soit deux fois plus qu’avant la pandémie.

AFP

Une fois servies, les familles ne traînent pas dans ce lieu de concentration des habitants de la rue. Les retardataires repartent le ventre vide.

«C’est terrible», souffle-t-il, «chaque jour ils sont très nombreux: des hommes, des femmes, des enfants, des familles entières qui vivent dans la rue».

Plusieurs tentes sont présentes en plein coeur du centre-ville de Sao Paulo.

AFP

Plusieurs tentes sont présentes en plein coeur du centre-ville de Sao Paulo.

Face à cette augmentation du nombre de laissés-pour-compte, la municipalité a ouvert 2393 nouveaux lits d’accueil et augmenté de 7500 à 10 000 les rations distribuées quotidiennement.

«Je m’inquiète pour mes enfants», confesse Daniela Rosaneves, 24 ans, enceinte de sept mois. A côté d’elle, son fils de deux ans joue avec un morceau de banane. Ca fait déjà trois mois qu’ils vivent dans la rue.

Enceinte de 7 mois, elle doit élever son bambin dans la rue.

AFP

Enceinte de 7 mois, elle doit élever son bambin dans la rue.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus