Voyager en solo en toute sécurité: les conseils d’une experte | 24 heures
/panorama

Voyager en solo en toute sécurité: les conseils d’une experte

Image principale de l'article Voyager en solo : les conseils d’une experte
Courtoisie

Imaginez faire le tour du monde... en faisant du pouce! C’est ce que Florence Renault a récemment réalisé. Elle nous donne ici quelques conseils pour voyager en solo.  

Il y a de cela huit ans, la Française de 36 ans s’était lancé le défi de faire le tour du monde sans jamais payer de moyens de transport, donc en faisant du stop. Elle vient tout juste de boucler la boucle en retournant chez ses parents à Orléans. Son voyage, qui devait au départ ne durer que 2 ans, lui aura permis de visiter pas moins de 60 pays. 

En huit ans, elle aura parcouru 257 102 kilomètres grâce à 4201 conducteurs que ce soit de voiture, de bateau ou d’avion (oui, oui c’est possible de faire du stop autrement qu’en auto, c’est souvent en échange de services). 

Des pays moins sécuritaires

Du Brésil jusqu’en Espagne, en passant par le Canada, l’Australie, la Chine, la Turquie, l’Afrique du Sud et le Maroc, Florence aura visité des pays que plusieurs – autant femme qu’homme – n’oseraient pas explorer. Israël par exemple. 

« En fait, les gens vivent en paix à Israël. Tu n’as pas du tout l’impression qu’il y a des bombes qui tombent, pas très loin, indique d’emblée Florence. Même qu’on a été invité à un festival de musique pour les 50 ans de Woodstock et tout le monde était là «peace and love». J’avoue que je trouvais ça un peu décalé quand tu pensais qu’à 500 km de là il y avait des gens qui recevaient des bombes. Par contre, quand on passait du côté palestinien, on voyait tout de suite que les gens souffrent de cette guerre. » 

« On a souvent cette idée que le pays entier est dangereux. En fait, il suffit de ne pas aller dans les zones qui sont plus dangereuses. Je suis allée au Soudan, par exemple, le Darfour, ça craint, mais le reste du pays ça va. Pareil avec le Nigéria. J’ai traversé des zones qui craignent. Je n’y suis pas restée, je n’ai que traversé », explique Florence. 

Femme en solo 

En tant que femme, lorsqu’on voyage en solo, on craint souvent des comportements non désirés comme se faire siffler dans les rues ou se faire draguer avec trop d’insistance. 

Courtoisie

« J’étais craintive pour l’auto-stop dans les pays musulmans et en Afrique entre autres, mais finalement c’était hyper safe! », avoue la globe-trotter. 

Elle raconte aussi avoir dû expliquer ne pas être une prostituée à quelques reprises lors de son périple en Amérique latine. « C’est un peu gênant et bizarre, mais ce n’était pas dangereux », rigole-t-elle. 

« Mes mauvaises rencontres, c’était peut-être une personne sur 100. Au fond, les gens, ils sont gentils, ils ne vont pas t’attaquer à tous les coins de rue. En voyageant comme ça, je me suis rendu compte que le monde est beaucoup plus sécuritaire que ce qu’on peut s’imaginer », conclut-elle. 

Deux conseils pour celles qui souhaitent partir à l’aventure 

- Aller au-delà des barrières qu’on se met nous-mêmes.

« C’est un conseil qui est valable pour les hommes aussi. Il faut prendre conscience que les barrières que l’on se met, c’est souvent des barrières mentales. Il faut se dire : « Ok, j’ai peur de quelque chose. Est-ce qu’il y a vraiment un risque ou est-ce que c’est juste une barrière mentale ou des trucs qu’on m’a mis dans la tête? ». Souvent, c’est juste des trucs qu’on s’est fait raconter, mais en vrai ce n’est pas du tout ça. Il faut faire attention à ce qu’on lit sur Internet aussi. » 

- Nommer les émotions que l’on vit.

« Si je me retrouve tout de même dans une situation où je suis mal à l’aise, le truc c’est de l’exprimer. Par exemple, je suis dans une voiture en auto-stop et le gars me dit « Viens on va aller à l’hôtel! » et bien, de nommer les choses et lui répondre : « Ça me met hyper mal à l’aise que tu me demandes ça. Je trouve ça complètement déplacé. Est-ce que toi t’aimerais qu’on te fasse ça à toi ou qu’on fasse ça à ta sœur ou à ta mère? », en principe le mec il se sent trop mal et il s’excuse. Ils ne se rendent pas compte que ça ne se fait pas. » 

Courtoisie

À lire aussi

Et encore plus