70% des employés craignent de retourner au bureau avec des non vaccinés | 24 heures
/portemonnaie

70% des employés craignent de retourner au bureau avec des non vaccinés

Image principale de l'article Anxieux de travailler avec des non vaccinés
Photo Adobe Stock

Soixante-dix pour cent des gens qui travaillent à Montréal craignent d’évoluer aux côtés de collègues non vaccinés lors de leur retour graduel en présentiel.

• À lire aussi: Est-ce que c’est vraiment plus écolo de travailler de la maison? Pas nécessairement...

• À lire aussi: La fin des bureaux assignés? Voici les tendances qui se profilent pour le retour au travail en mode hybride

C’est ce que révèle un sondage Léger mené pour le compte de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), dont un premier volet avait été réalisé en juin.

La CCMM a profité du dévoilement des plus récentes données, jeudi, pour réitérer qu’elle appuie le recours au passeport vaccinal au sein des entreprises. En vigueur depuis mercredi au Québec, le passeport vaccinal est réservé seulement pour les activités non essentielles.

«Depuis plusieurs mois, la Chambre a été un ardent promoteur du déploiement d’un passeport vaccinal au Québec, y compris pour la vérification du statut vaccinal des employés. Cette position reflète le fait que 70 % des travailleurs se sont déclarés favorables à son application sur les lieux de travail au moment de la réalisation du sondage», a indiqué la CCMM, dans un communiqué.

La pandémie n'étant pas terminée, la moitié des répondants souhaitent que seulement 50 % des effectifs soient présents simultanément au bureau et 43 % réclament l’application d’un protocole strict d’hygiène et de nettoyage.

Cinq pour cent plus de travailleurs, 51 % au total, envisagent de conduire jusqu’au travail pour éviter de se masser avec d’autres gens dans les transports publics.

Retour graduel en présentiel

Parmi les autres faits saillants, on note que près d’un travailleur sur deux (47 %) a commencé à retourner au bureau dans la métropole. C’est une nette progression par rapport à juin (28 %).

Parmi eux, 19 % sont présents à temps plein et 28 % sont en formule hybride. D’ailleurs, 51 % des sondés sont pour un mode de travail incluant deux à trois jours au bureau et le reste à domicile. Quelque 72 % aimeraient aussi avoir droit à des horaires flexibles.

Quelque 1079 répondants ont participé au sondage du 2 au 12 août.

À lire aussi

Et encore plus