Qu’est-ce que l’Ivermectin, ce médicament utilisé par des anti-vaccins? | 24 heures
/bref

Qu’est-ce que l’Ivermectin, ce médicament utilisé par des anti-vaccins?

Image principale de l'article L’Ivermectin, le nouveau médicament des anti-vax
AFP

Avez-vous entendu parler de l’Ivermectin? Des anti-vaccins font la promotion de ce médicament pour animaux sur les réseaux sociaux, affirmant qu’il est efficace pour lutter contre la COVID-19. Face à ce mouvement, Santé Canada a dû faire une mise au point. Voici ce qu’il faut savoir sur l’Ivermectin.

Qu’est-ce que l’Ivermectin?      

L’Ivermectin (un médicament sur ordonnance) est un médicament utilisé pour traiter les maladies parasitaires. Ce médicament est généralement administré à des animaux, notamment à des chevaux.

Au Canada, sa vente est permise pour le traitement, chez les humains, d'infestations par vers, un type d'infection parasitaire, en particulier l'anguillulose et l'onchocercose intestinales. 

Quel est le lien avec la COVID-19?       

Au début de la pandémie, alors que la planète entière était à la recherche d'un vaccin et d'un remède contre la COVID-19, l’Ivermectin – comme de nombreux autres médicaments – avait été testé, rapporte la revue scientifique Nature

Jusqu’à maintenant, aucune étude n’a toutefois permis de conclure que ce médicament est efficace pour traiter la COVID-19. 

Pourquoi en parle-t-on maintenant?        

Sur les réseaux sociaux, des anti-vaccins présentent l’Ivermectin comme une solution de rechange aux traitements contre la COVID-19. Des vidéos qui en font la promotion ont été vues des millions de fois. 

 

 

Le comédien américain Joe Rogan, qui a annoncé hier avoir été déclaré positif au coronavirus, a affirmé avoir pris plusieurs médicaments pour se soigner, y compris de l’ivermectine.

Plus tôt cette semaine, un policier de l’État de Géorgie, aux États-Unis, est mort de la COVID-19. Après avoir refusé les vaccins, il aurait tenté de se soigner avec de l’ivermectine.  

Dans l’État du Mississippi, de nombreux cas d’ingestion d’ivermectine auraient également été rapportés. En Alberta, il y aurait également une forte demande pour le médicament. 

Santé Canada intervient       

Santé Canada met la population en garde face à ce médicament. «Il n'existe pas de données probantes montrant que l'utilisation contre la COVID-19 d'ivermectine (pour usage vétérinaire ou humain) est sûre et efficace», peut-on lire dans un avis publié cette semaine. 

Selon l’organisme, des personnes ont même dû être hospitalisées après avoir pris de l'ivermectine destinée aux chevaux.  

«L'ivermectine à usage vétérinaire peut être dangereuse pour les humains, surtout à dose élevée, et peut entraîner de graves problèmes de santé, comme des vomissements, de la diarrhée, une hypotension artérielle, des réactions allergiques, des étourdissements, des convulsions ou un coma, et même la mort», prévient Santé Canada.  

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration, qui est responsable de la commercialisation des médicaments, a elle aussi diffusé un avis.  

Où le médicament est-il utilisé?       

Le médicament est utilisé dans certaines régions du monde où le vaccin est peu disponible et où le médicament est facilement accessible, rapporte Vice

En Bolivie et au Guatemala, par exemple, le médicament a été utilisé l'an dernier pour prévenir la COVID-19, alors qu'il n'avait aucunement été approuvé, nous apprend Nature.

En mai dernier, un État en Inde annonçait son intention d’offrir le médicament à tous les adultes souffrant de la COVID-19, ce qui a provoqué l’ire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui met en garde contre les dangers de l’utilisation de ce médicament pour combattre le virus.

À lire aussi

Et encore plus