Restes de l'ouragan Ida: des pluies torrentielles à New York, au moins 41 morts | 24 heures
/bref

Restes de l'ouragan Ida: des pluies torrentielles à New York, au moins 41 morts

Image principale de l'article La tempête Ida fait au moins 41 morts à New York
AFP

Des pluies torrentielles et des inondations soudaines et historiques, provoquées par des restes de l'ouragan Ida, ont fait au moins 41 morts dans la région de New York.

Dans la mégapole économique et culturelle américaine, la police a dénombré au moins 12 morts, dont 11 personnes probablement prises au piège et noyées dans leurs sous-sols, des logements rudimentaires, et parfois insalubres, aménagés au pied des immeubles de Manhattan, Queens ou Brooklyn.

Parmi les victimes new-yorkaises figurent un enfant de 2 ans et une personne âgée de 86 ans.

Juste au nord de Manhattan, dans le comté huppé de Westchester, en bord de mer, qui était encore jeudi soir cerné par des eaux boueuses et saumâtres, l’un de ses responsables, George Latimer, a indiqué sur CNN que trois personnes qui avaient tenté de sortir de leur voiture se sont elles aussi vraisemblablement noyées.

Le pire bilan est pour le New Jersey, État qui fait face à New York, avec «au moins 23 personnes qui ont perdu la vie», a indiqué «attristé» le gouverneur Phil Murphy. La plupart des victimes ont été prises par surprise et au piège dans leur voiture et sont mortes probablement noyées, a déploré le responsable.

Enfin, près de Philadelphie, trois personnes sont décédées, selon les autorités locales.

Des ruess transformées en torrents  

Des rues, avenues, voies rapides ont été soudainement transformées en torrents, tant dans les quartiers de Brooklyn et de Queens que dans le comté de Westchester, au nord de la ville. Dans ce comté huppé de bord de mer, des dizaines de véhicules étaient encore immergés au petit matin et des maisons avec sous-sols aménagés sont dévastées par les eaux saumâtres et boueuses, montant parfois jusqu’à 60 cm.

AFP

Le gigantesque réseau de métro de New York est à l’arrêt jeudi matin, après l’inondation de nombreuses stations.

Le NWS, service météo américain, a enregistré un record absolu de 80 mm de pluie en une heure à Central Park.

Du «jamais vu»: l'état d'urgence déclaré  

«J’ai 50 ans et je n’ai jamais vu autant de pluie», a témoigné Metodija Mihajlov, restaurateur dans le très chic Upper West Side, près du célébrissime parc, poumon vert de New York. «C’était comme dans la jungle, une pluie tropicale. Incroyable», a ajouté le commerçant.

AFP

Au milieu de la nuit, la nouvelle gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, avait décrété «l’état d’urgence» suite aux inondations «majeures» dans tous les comtés frontaliers de la ville, concernant potentiellement quelque 20 millions d’habitants. Bill de Blasio, le maire de New York, ville déjà meurtrie par la pandémie de COVID-19, a déploré dans un tweet un «événement météorologique historique», décrétant également «l’état d’urgence».

Le réchauffement climatique  

Jeudi matin, pendant que nombreux New-Yorkais épongeaient leurs caves, plusieurs voix ont attribué cet événement au dérèglement climatique, alors que New York avait déjà subi de très fortes pluies le fin août, au passage de la tempête Henri.

«Le réchauffement climatique est à nos portes et il va s’aggraver de plus en plus si nous ne faisons rien», a mis en garde le sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer.

Des centaines de vols ont été annulés dans les aéroports new-yorkais de Newark, LaGuardia et JFK. Une vidéo montrait un terminal inondé à Newark.

D’après le NWS, cet état d’urgence en raison d’inondations soudaines est une première dans l’histoire de la mégapole, déjà frappée en octobre 2012 par l’ouragan Sandy.

D’impressionnantes tornades et inondations ont également été observées en Pennsylvanie, dans le New Jersey et dans le Maryland. Dans le New Jersey, l’état d’urgence a été déclaré par le gouverneur Phil Murphy.

US Open inondé  

Une scène surréaliste s’est déroulée mercredi soir à Flushing Meadows, où la pluie a balayé un court de tennis pourtant bien couvert, provoquant l’interruption d’un match du deuxième tour de l’US Open entre le Sud-Africain Kevin Anderson et l’Argentin Diego Schwartzman. L’eau est passée par les quatre coins du toit rétractable de la salle, mis en place en 2018 pour précisément permettre de jouer en dépit de la pluie.

Fin août, New York et sa région avaient déjà été touchées par la tempête Henri. Les intempéries, le 21 août, avaient mis fin prématurément à un grand concert donné à Central Park, censé symboliser le retour à une vie plus festive après la pandémie de coronavirus.

L’ouragan Ida, rétrogradé en cyclone post-tropical, a amené dans son sillage de fortes pluies, qui ont provoqué d’importantes inondations sur la côte Est des États-Unis. Il devrait ensuite continuer sa route vers le nord et se diriger vers la Nouvelle-Angleterre jeudi.

Le président Joe Biden se rendra vendredi en Louisiane, où l’ouragan Ida, qui y a touché terre dimanche, a détruit de nombreux bâtiments et privé d’électricité plus d’un million de foyers.

Les ouragans sont un phénomène récurrent dans le sud des États-Unis. Mais le réchauffement de la surface des océans contribue à rendre les tempêtes plus puissantes, alertent les scientifiques.

Elles font notamment peser un risque de plus en plus important sur les communautés côtières, victimes de phénomènes de vagues-submersions amplifiés par la montée du niveau des océans.

À lire aussi

Et encore plus