Vous êtes peut-être assis sur une pancarte électorale (ou presque) | 24 heures
/environment

Vous êtes peut-être assis sur une pancarte électorale (ou presque)

Image principale de l'article Vous êtes peut-être assis sur une pancarte
Claude Fortin / AGENCE QMI

Les pancartes électorales qui ont envahi les rues depuis le déclenchement de la campagne fédérale sont plus écologiques qu’on le croit puisqu’elles sont recyclables et servent même à fabriquer du mobilier urbain.

• À lire aussi: Les partis politiques sont «déconnectés» de la crise climatique 

• À lire aussi: Urgence climatique: voici les plans des partis en environnement

Si vous êtes assis sur un banc de parc à la lecture de cet article, il y a de fortes chances qu’il ait été en partie fabriqué avec de vieilles pancartes électorales recyclées.  

Des bancs de parcs et poubelles sont fabriqués à partir de Coroplast, le plastique utilisé pour faire les pancartes électorales.

Photo Courtoisie

Des bancs de parcs et poubelles sont fabriqués à partir de Coroplast, le plastique utilisé pour faire les pancartes électorales.

Celles-ci sont majoritairement faites de Coroplast, un plastique qui résiste aux intempéries et qui se revalorise bien. 

«On les granule, on vient faire des petites particules et à partir de ça on vient l’intégrer dans nos mélanges. Ça se trouve à être du bon plastique pour nous», explique le directeur général de Produits Re-Plast, une entreprise qui donne une deuxième vie à des plastiques de tous genres. 

Le centre de tri Tricentris récupère les pancartes électorales.

Photo Courtoisie

Le centre de tri Tricentris récupère les pancartes électorales.

 

«Principalement, on fait du madrier et on le transforme pour faire du mobilier urbain: de la planche de patio, des bancs de parc, des tables à pique-nique, des paniers à rebuts, des chaises Adirondack...», énumère-t-il. 

Ses produits sont présents aux quatre coins de Montréal, mais aussi à Québec, à Vancouver et à New York, notamment.  

• À lire aussi: Les solutions pour sortir le Canada de l’urgence climatique existent, affirment des organismes

• À lire aussi: Crise climatique et politique: le cynisme n’est pas la solution

Sur son site web, l’organisme Recyc-Québec encourage les candidats aux élections à s’assurer que leurs pancartes ne finissent pas au dépotoir après le jour du scrutin.  

Outre Produits Re-Plast, plusieurs entreprises et centres de tri acceptent le Coroplast. 

«On en reçoit toujours beaucoup après les élections», confirme le porte-parole du centre de tri Tricentris, Julien Viau-Petit. 

Les candidats peuvent aussi proposer leurs vieilles pancartes à des écoles pour des bricolages, suggère Recyc-Québec. 

À lire aussi

Et encore plus