En pandémie pour encore plusieurs années? | 24 heures
/bref

En pandémie pour encore plusieurs années?

Image principale de l'article En pandémie pour encore plusieurs années?
Photo d'archives, Stevens Leblanc

La pandémie pourrait se poursuivre pendant encore plusieurs années et les Québécois devront apprendre à vivre avec le virus, déclare le ministre de la Santé dans une lettre ouverte.

Les mutations de la COVID-19 repoussent le moment où le Québec pourra atteindre l’immunité collective grâce à la vaccination, écrit Christian Dubé dans un message publié sur Facebook vendredi après-midi.  

«Avec l’incidence de la transmission sur plusieurs continents, de l’Afrique en passant par l’Asie, le sous-continent indien et les Amériques, le virus a de grandes chances de muter sous la forme de variants qui nous poseront des défis constants dans les mois et peut-être même les années à venir», explique-t-il.  

«Au lieu de chercher la date où tout ça va se terminer, on va devoir apprendre à vivre avec le virus. On va devoir accepter un certain nombre de cas et un certain nombre d’hospitalisations, si on veut retrouver une vie normale», poursuit le ministre.  

M. Dubé explique en début de texte qu’il estime avoir «le devoir de vous expliquer la situation dans laquelle on se trouve».  

• À lire aussi: 4 militants «anti-vax» décédés de la COVID-19 aux États-Unis

Avec la rentrée scolaire, les projections de l’INESSS pour le mois de septembre l’inquiètent particulièrement, écrit-il. «[...] on a besoin de vous et je vous demande d’être particulièrement prudents dans les prochains jours et semaines, même si vous êtes adéquatement vaccinés», affirme le ministre.  

À plus long terme, Christian Dubé souligne que la pandémie a démontré la capacité du réseau de la santé à s’adapter pour mieux répondre aux besoins de sa clientèle.  

«Offrir une expérience-client de qualité sera à la base de nos changements pour réduire la liste d’attente en chirurgie, désengorger nos urgences, miser sur les soins à domicile et avoir des services de première ligne qui sont accessibles. Notre gouvernement est ambitieux, mais réaliste. Pour réaliser ces objectifs, nous avons besoin de plus de personnel et des équipes qui sont stables. Nous prenons l’engagement que nous allons leur donner des ressources et un environnement de qualité», écrit-il. 

À lire aussi

Et encore plus