Des manifestations anti-avortement et pro-choix s'organisent au Québec | 24 heures
/bref

Des manifestations anti-avortement et pro-choix s'organisent au Québec

Image principale de l'article Des manifs pour et contre l'avortement à venir
Adobe Stock

Il n'y a pas qu'aux États-Unis que le droit à l'avortement est remis en question : des manifestations anti-avortement se tiendront à Montréal et Sherbrooke en septembre, et au moins une contre-manifestation est prévue.

• À lire aussi: Loi antiavortement au Texas: des pro-choix bombardent de mèmes de Shrek et de porno un site de dénonciation

• À lire aussi: Le Texas interdit la plupart des avortements: ce qu’il faut savoir

L'organisation chrétienne Campagne Québec-Vie (CQV) organise samedi un «Pèlerinage pour la vie» dans les secteurs de LaSalle et Lachine à Montréal. Des arrêts sont prévus à des églises et des cliniques d'avortement pour «faire des prières d'intercession et de réparation». 

CQV, qui est suivi par plus de 13 000 personnes sur Facebook, organise depuis plusieurs années des «marches pour la vie» et d'autres événements anti-avortement, comme des vigiles près de cliniques d'avortement. 

Vigile de 40 jours à Sherbrooke  

Selon La Tribune, CQV tiendra d'ailleurs pour la première fois une vigile de 40 jours à Sherbrooke. Celle-ci devrait se dérouler du 22 septembre au 31 octobre près de la clinique de planning familial du CIUSSS de l'Estrie-CHUS. 

L'organisation sherbrookoise La Bande Féministe n'a pas tardé à répliquer, en organisant elle-même une marche en réponse à la vigile. Celle-ci devrait se tenir le 26 septembre et cheminer du marché de la Gare jusqu'à la clinique de planning familial. 

«La [Bande Féministe] souhaite défendre la liberté des choix et des actions des femmes et des personnes trans dans le respect de leur autonomie et de leur émancipation à l'égard de la fertilité et de la maternité. Nous serons présent.es pour défendre notre droit à une justice sexuelle et reproductrice», peut-on lire sur la page Facebook de l'événement. 

La Bande Féministe tente d'ailleurs d'organiser un relais pour pouvoir avoir une présence sur place durant les 40 jours que dureront la vigile de CQV.

Au Québec, il est interdit de tenir une manifestation à moins de 50 mètres d'une clinique qui pratique des avortements. Les militants des deux camps devront donc se tenir à une bonne distance du centre. 

Désinformation  

En juin dernier, des organismes qui accompagnent les femmes enceintes notaient une recrudescence de la désinformation au sujet de l'avortement et pointaient du doigt des groupes pro-vie, qui opéraient parfois de façon subtile en se faisant passer pour des groupes pro-choix pour convaincre des personnes de ne pas avoir recours à l'avortement. 

Le service Enceinte et inquiète, qui est d'ailleurs administré par le CQV, faisait partie des organismes dénoncés, puisqu'ils accordent sur leur site web une place prépondérante aux supposés risques liés à l'avortement. 

À lire aussi

Et encore plus