Voici 13 livres qui ont été retirés ou brûlés par des écoles ontariennes | 24 heures
/bref

Voici 13 livres qui ont été retirés ou brûlés par des écoles ontariennes

Image principale de l'article Voici 13 livres retirés ou brûlés en Ontario
AFP

Près de 5000 livres jeunesse ont été retirés des bibliothèques d’écoles franco-ontariennes dans le but de favoriser la réconciliation avec les Autochtones. C'est ce que nous apprenait Radio-Canada, mardi.

Au total, 4716 livres jeunesse qui contiennent des propos stéréotypés sur les communautés autochtones ont été sortis d’écoles francophones du Conseil scolaire catholique Providence, en Ontario. 

Voici certains des 4716 livres à avoir été retirés des tablettes:    

Les bandes dessinées Tintin en Amérique et Le Temple du Soleil    

  • On reproche à ces albums d’Hergé de représenter négativement les peuples autochtones et de propager des informations erronées.       

La bande dessinée Astérix et les Indiens    

  • Cet album met en scène un personnage autochtone sexualisé. La jeune femme porte un décolleté plongeant et une minijupe.        

Trois albums de Lucky Luke       

  • Ces bédés ont été retirées des tablettes parce qu’elles illustrent un déséquilibre de pouvoir entre les Blancs et les Autochtones, ces derniers étant toujours dépeints comme les méchants.        

Des livres de bricolage

  • Ces livres comportent des bricolages perçus comme de l’appropriation culturelle.       

Le livre Mange, écris, habille-toi comme les Amérindiens    

  • Ce livre a lui aussi été retiré parce qu'il est perçu comme faisant la promotion de l'appropriation culturelle.   

Le livre Les Esquimaux    

  • On y utilise des termes péjoratifs pour désigner des Inuits et des Autochtones.        

Le livre La Conquête de l'Ouest: Les Amérindiens, les pionniers et les colons   

  • Le livre a été retiré parce que son titre comporte le mot «conquête».         

Le livre Vivre comme les Indiens d’Amérique   

  • Il a été retiré parce qu’il représente les différentes cultures autochtones comme un tout, au lieu de reconnaître leur unicité.         

Les bandes dessinées Laflèche, de l’auteur québécois Marcel Levasseur     

  • Les récits se déroulent à l’époque de la Conquête, en Nouvelle-France. Selon Radio-Canada, le Conseil scolaire a jugé que le livre contenait un «langage non acceptable» et une «représentation fautive des Autochtones dans les dessins».  

Le livre Trafic chez les Hurons, du journaliste André Noël       

  • Le livre porte «sur un pan peu reluisant de notre histoire, soit le recours à l’alcool par des marchands de fourrure qui faisaient la traite avec les Autochtones dès le début de la colonisation», a écrit sur Twitter son auteur, qui s'est dit étonné par le retrait de l'ouvrage.        

Le livre L’affaire du collège indien, de Sylvie Brien       

  • Le roman policier porte sur les pensionnats autochtones et les drames qui s’y sont déroulés, a expliqué l’autrice en entrevue avec Paul Arcand sur les ondes du 98,5 FM. Elle a dit ne pas comprendre que son livre ait été retiré.       

Le livre Le Fils des Hurons, d’Étienne Brûlé       

  • Le livre a été retiré pour fausse représentation de l'histoire.         

Des encyclopédies   

Aucun des auteurs de ces livres n’aurait été informé de ce retrait avant la parution de l'article de Radio-Canada. Plusieurs de ces livres ont été enterrés, alors que d'autres ont été brûlés. Plusieurs livres seront finalement recyclés. 

– Avec Audrey Sanikopoulos et Alexandra Lopis

À lire aussi

Et encore plus