Internationaux des États-Unis: la Québécoise Leylah Annie Fernandez en finale | 24 heures
/bref

Internationaux des États-Unis: la Québécoise Leylah Annie Fernandez en finale

Image principale de l'article La Québécoise Leylah Annie Fernandez en finale
AFP

La Québécoise Leylah Annie Fernandez n’est plus qu’à une seule victoire de gagner les Internationaux des États-Unis, elle qui a défait la Biélorusse Aryna Sabalenka en trois manches de 7-6 (3), 4-6 et 6-4 en demi-finale, jeudi à New York.

• À lire aussi: 5 choses à savoir sur Leylah Annie Fernandez, la nouvelle star du tennis québécois

En finale, la 73e raquette mondiale sera confrontée à la gagnante de l’autre duel du carré d’as, entre la Britannique Emma Raducanu (150e) et la Grecque Maria Sakkari (18e).

La Canadienne avait pourtant vu son adversaire la briser d’entrée de jeu et prendre une avance de 3-0 assez rapidement en première manche. Fernandez a toutefois été en mesure de gagner quatre des cinq points suivants pour créer l’égalité, avant de s’offrir le set au bris d’égalité.

AFP

Un scénario relativement similaire s’est produit en deuxième manche, alors que la deuxième raquette mondiale a été en mesure de briser le service de la représentante de l’unifolié dès le départ, pour s’offrir une avance de 2-0. Une fois de plus, l’athlète de 19 ans a su répliquer pour créer l’égalité, mais son adversaire de 23 ans a eu le dernier mot en la brisant de nouveau alors qu’elle avait les balles en main à 4-4.

La tendance a été renversée au set ultime, puisque Fernandez a été la première à obtenir un bris de service, mais Sabalenka lui a répliqué immédiatement. La Canadienne a finalement mis un terme à ce duel après 2 h 21 min de jeu, en brisant une dernière fois sa rivale.

AFP

AFP

Des ennuis au service 

Malgré sa victoire mémorable, Fernandez a éprouvé de gros ennuis sur son service. Elle a seulement réussi 58 % de ses premières balles et gagné 68 % des échanges lorsque son premier service était en jeu. Ce pourcentage descend à 51 % lors des échanges sur son deuxième service.

Elle a aussi offert 11 balles de bris à son adversaire, mais a été en mesure d’en sauver sept.

Pour sa part, Sabalenka a aussi connu quelques difficultés avec les balles en main, et plus particulièrement sur ses deuxièmes balles, alors qu’elle a seulement gagné 30 % des échanges en pareilles circonstances. La Biélorusse a aussi commis 52 fautes directes.

À lire aussi

Et encore plus