François Legault revient sur le débat des chefs: «Je ne m'excuserai pas de défendre notre langue» | 24 heures
/bref

François Legault revient sur le débat des chefs: «Je ne m'excuserai pas de défendre notre langue»

Image principale de l'article «Je ne m'excuserai pas de défendre notre langue»
Photo Chantal poirier

«Je ne m'excuserai certainement pas de défendre notre langue, de défendre nos valeurs, de défendre nos pouvoirs»: François Legault ne digère pas les propos de l’animatrice du débat des chefs en anglais, qui s'en est prise hier soir à la loi 21 sur la laïcité et au projet de loi 96 sur la langue française.

Pour le premier ministre du Québec, «prétendre que de protéger le français, c'est discriminatoire ou même raciste, c'est ridicule».

«Ce n'est pas vrai qu'on va se faire donner des leçons là-dessus», a-t-il poursuivi, ajoutant que «défendre le français au Québec, c'est un devoir». 

Le chef caquiste reproche également à trois partis fédéraux, le Parti libéral, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert, de vouloir «décider à notre place de nos priorités, dans nos pouvoirs». 

En point de presse, jeudi, il a fortement incité l’électorat québécois à ne pas opter pour ces partis, qui «veulent s’approprier des pouvoirs» du Québec. Selon le premier ministre, un nationaliste québécois n’a que deux options: le Bloc québécois... ou le Parti conservateur.

Des «lois discriminatoires»   

Rappelons que l’animatrice du débat des chefs, Shachi Kurl, qui est présidente de la fondation de recherche et maison de sondage Angus Reid, a demandé au chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, de justifier «aux gens à l’extérieur du Québec» l’existence de lois «discriminatoires» au Québec. 

Le sujet est revenu à plus d’une reprise lors du débat et a donné lieu à une prise de bec sur l’expression «racisme systémique» entre M. Blanchet et la cheffe des verts, Annamie Paul, qui a invité le chef bloquiste à s’«éduquer» sur le sujet.

Après le débat, M. Blanchet avait noté qu’aucun autre chef ne s’était insurgé contre les «chaudières d’insultes» qui ont selon lui été lancées «au visage des Québécois».

À lire aussi

Et encore plus