Biden défend le retrait de l'armée en Afghanistan en marge du 20e anniversaire du 11 septembre | 24 heures
/bref

Biden défend le retrait de l'armée en Afghanistan en marge du 20e anniversaire du 11 septembre

Image principale de l'article Biden défend le retrait de l'armée en Afghanistan
AFP

Joe Biden a défendu samedi sa décision de retirer les troupes américaines d'Afghanistan, en marge des cérémonies du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre, affirmant que les Etats-Unis ne pouvaient «envahir» tous les pays où se trouve Al-Qaïda.

«Est-ce qu'Al-Qaïda pourrait revenir? Oui, mais je vais vous le dire, ils sont déjà de retour dans d'autres endroits», a-t-il dit aux journalistes à Shanksville, en Pennsylvanie, où l'un des quatre avions détournés par les jihadistes d'Al-Qaïda s'était écrasé il y a 20 ans.

«Quelle est la stratégie? Nous devons envahir tous les endroits où se trouve Al-Qaïda et y laisser nos troupes? Soyons sérieux!», a-t-il ajouté.

Le président des États-Unis, très critiqué pour le retrait chaotique d'Afghanistan le 31 août dernier, a répété qu'essayer d'unifier les Afghans avait été une erreur.

Biden critiqué

Joe Biden estime que les Américains avaient accompli leur mission en tuant Oussama Ben Laden, le fondateur d'Al-Qaïda, et en neutralisant le réseau jihadiste dans sa base afghane.

L'intervention américaine en Afghanistan avait été lancée après les attentats du 11 septembre et avait finalement entraîné les États-Unis dans la guerre la plus longue de leur histoire.

Donald Trump a très sévèrement critiqué samedi son successeur démocrate, rompant avec le climat d'unité nationale entourant les cérémonies de ce 20e anniversaire. Il a dénoncé l'«incompétence» de Joe Biden et déploré «l'horrible» retrait d'Afghanistan.

Joe Biden traverse une passe politique difficile depuis la prise du pouvoir des talibans à Kaboul, le 15 août, et l'évacuation dans la précipitation de plus de 120 000 personnes d'Afghanistan dans une opération militaire organisée par l'armée américaine. Mais il a affirmé que la baisse de sa popularité ne l'inquiétait pas. «Je suis un grand garçon. Je fais ce travail depuis longtemps», a dit le président américain, âgé de 77 ans et vétéran de la politique américaine.

À lire aussi

Et encore plus