COVID-19: certaines personnes développent une immunité «surhumaine» | 24 heures
/bref

COVID-19: certaines personnes développent une immunité «surhumaine»

Image principale de l'article Vous pourriez développer une immunité «surhumaine»
AFP

Enfin de bonnes nouvelles concernant la COVID-19: après l’immunité collective, vaccinale ou encore naturelle, des chercheurs américains parlent maintenant d’une immunité «surhumaine» au virus. Cette dernière offrirait un niveau très élevé d’anticorps à certaines personnes et permettrait même de combattre les variants.  

Aussi appelée «immunité pare-balles» ou «hybride», elle a été révélée par une série d’études menées au cours des derniers mois. Les résultats de la plus récente étude sur le sujet ont été publiés en juin dans la revue Science, selon ce que rapporte la radio publique américaine NPR.

Certaines personnes développent une réponse immunitaire extrêmement puissante contre le SRAS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19. Leur organisme produit non seulement un taux très élevé d’anticorps, mais aussi des anticorps plus flexibles qui seraient capables de combattre les variants actuellement en circulation dans le monde, comme les fameux Delta et Bêta, puis probablement ceux à venir.

Ces anticorps pourraient également neutraliser plusieurs autres virus semblables au SRAS-CoV-2 que l’on retrouve chez certains animaux porteurs de virus, comme les chauves-souris et les pangolins.

«En plus de neutraliser le virus SRAS-CoV-2, ces anticorps peuvent aussi neutraliser le SRAS-CoV-1, le premier coronavirus apparu il y a 20 ans», a expliqué la virologue Theodora Hatziioannou, chercheuse à l’Université Rockefeller. 

«On pourrait raisonnablement prédire que ces personnes seront assez bien protégées contre la plupart, voire la totalité des variants qui sont susceptibles d’apparaître dans un avenir prévisible», a soutenu le virologue à l’Université Rockefeller Paul Bienniasz, sur les ondes de la radio américaine. 

Qui est protégé?     

Bien que ces avancées représentent d’excellentes nouvelles dans la recherche pour combattre la pandémie, un obstacle demeure, explique Theodora Hatziioannou. 

«Il y a un hic: il faut d’abord être malade. C’est après les infections naturelles que les anticorps semblent évoluer et devenir plus résistants aux mutations.»

Ainsi, ce sont ceux qui ont doublement été exposés au virus qui seraient les mieux protégés. Par exemple, quelqu’un qui aurait été déclaré positif au virus en 2020, puis qui aurait ensuite reçu ses doses de vaccins à ARN messager, soit celui de Pfizer ou celui de Moderna. 

Et les doses supplémentaires?      

De nombreuses questions restent en suspens: que se passe-t-il si vous attrapez la COVID-19 après avoir été vacciné? Est-ce que des doses supplémentaires de vaccin pourraient avoir les mêmes bénéfices? 

• À lire aussi: Allons-nous avoir besoin d'une 3e et d'une 4e dose?

«Je suis à peu près certaine qu’une troisième injection aidera les anticorps d’une personne à évoluer encore davantage, mais je ne sais pas s’ils atteindront à atteindre la même immunité que ceux infectés naturellement», a indiqué la virologue.

De son côté, l’immunologiste John Wherry, de l’Université de Pennsylvanie, estime dans une autre étude que l’immunité «surhumaine» pourrait être atteinte par un patient qui a simplement été vacciné. 

«Bien que cela se produise plus rapidement chez les personnes préalablement infectées, dans nos recherches, nous voyons déjà une partie de l’évolution des anticorps se produire chez les personnes qui viennent d’être doublement vaccinées», dit-il. 

Selon lui, une troisième dose de vaccin pourrait donc aider l’évolution des anticorps, ce qui aiderait à combattre les prochains variants du virus. 

Avec les informations de la NPR

À lire aussi

Et encore plus