Fusillades à Montréal : la mort des gens «connus des policiers», c’est aussi tragique | 24 heures
/panorama

Fusillades à Montréal : la mort des gens «connus des policiers», c’est aussi tragique

Image principale de l'article Les gens «connus des policiers» comptent aussi
Photo Joël Lemay, Agence QMI / Montage Alexandre Pellet

BILLET - Chaque fois qu’une fusillade survient à Montréal ou dans les alentours, on peut lire dans les médias le lendemain que la victime était soit «innocente», soit «connue des policiers». C’est moi ou dans le deuxième cas, on en parle souvent comme si ça justifiait le fait qu’un individu se soit fait assassiner, et que ce n’était quasiment pas grave?

• À lire aussi: Montréal, moins violente que d'autres grandes villes

D’ailleurs, il n’y a pas de définition précise «d’être connu des policiers». Ça peut aller d’avoir volé dans un magasin il y a 30 ans jusqu’à avoir commis un meurtre. Disons que c’est large, comme catégorie. 

Mais qu’importe : lorsqu’on perd un proche dans des circonstances comme celles-là, même s’il est « connu des policiers », ce n’est pas moins tragique ou moins triste pour ceux et celles qui l’ont aimé.

• À lire aussi: Montréal-Nord : il faut aussi parler des histoires à succès

Mon Oncle Tchouchou

Le 3 août dernier, une fusillade à Rivière-des-Prairies a fait trois morts. Les victimes avaient des antécédents criminels ou étaient «connues des policiers», donc les articles le lendemain passaient très en surface sur les décès, et il n’était pas question de leurs proches. 

Pourtant, la famille de Molière Dantes (alias Mon Oncle Tchouchou) vit un véritable deuil depuis.  

J’ai parlé avec sa fille, Thery Sasha Dantes Destin, enceinte de six mois, qui se désole de savoir que son enfant ne connaîtra pas son grand-père.

Thery Sasha Dantes Destin

Anne-Lovely Etienne

Thery Sasha Dantes Destin

«Quelqu’un qui lit un article comme ça ne va même pas être sensible. On va dire qu’il le méritait. Pour les policiers, tous ceux qui se trouvaient sur les lieux étaient des criminels, ce qui n’est pas le cas», fait valoir celle qui est éducatrice dans une école primaire. 

En parlant avec des gens à Rivière-des-Prairies, je n’ai pas eu de misère à en trouver plusieurs qui appréciaient Molière. 

«C’était Mon Oncle Tchouchou. C’est comme ça que tout le monde l’appelait. C’était un très bon vivant et une très bonne personne. Tout ça, c’est injuste», m’a raconté François, qui habite dans le secteur et qui a préféré taire son nom de famille.

«Lorsque les gars du hood qui faisaient des trucs pas trop legit, il était le premier à leur dire de ne pas faire ça. Il donnait des conseils», relate-t-il.

• À lire aussi: Voici comment la pandémie a empiré la violence à Montréal-Nord

«C’était le tonton de tout le monde. Il fournissait l’hospitalité, car tout le monde était le bienvenu chez lui. On partageait l’amour de la musique et de la bouffe», se remémore Keley, voisine de l’immeuble d’en face.

Sa nièce Mikerline est convaincue que son oncle n’est pas le criminel qui a été dépeint dans les médias. «Mon oncle a effectivement un casier, mais qui n’a absolument rien à voir avec les gangs de rue», exprime-t-elle. 

Keley, Thery et Mikerline

Anne-Lovely Etienne

Keley, Thery et Mikerline

Molière Dantes a été reconnu coupable de voies de fait en 1997. Après, lui et deux autres personnes ont été arrêtées en 2010 avec un arsenal d’armes, mais ils ont été acquittés parce que la Couronne n’a pas réussi à prouver leur culpabilité. 

Sa famille et ses amis soutiennent que le sexagénaire est une victime collatérale, et même si je ne l’ai pas connu, je peux comprendre la frustration qui les habite.

Comme si c'était «normal»

Ça me frustre qu’on déshumanise ainsi la mort d’un individu parce qu’il a eu des démêlés avec la justice. 

J’ai cette impression, qui me laisse un goût amer, qu’on s’arrête à cette équation : homme de race noire + habite à RDP dans le hood + démêlés avec la justice = c’est normal qu’il meure tiré de plusieurs balles. L’article sur son décès va parler de ses antécédents judiciaires, pas de qui il était comme humain.

J’aimerais qu’on arrête de porter les lunettes des préjugés pour enfiler plutôt les lunettes de l’humanité, qu’on s’attarde aux nuances dans des cas comme ceux-ci. C’est plus respectueux pour les proches, et c’est comme ça qu’on mettra sous les barreaux les vrais bandits pour assurer une sécurité aux résidents de RDP et du reste du grand Montréal qui n’ont rien à avoir avec le crime organisé. 

J’envoie mes condoléances aux proches de Molière Dantes et des autres victimes des fusillades.

À lire aussi

Et encore plus