«Stealthing»: cette pratique sexuelle pourrait devenir illégale en Californie | 24 heures
/bref

«Stealthing»: cette pratique sexuelle pourrait devenir illégale en Californie

Image principale de l'article Une pratique sexuelle qui pourrait être illégale
Photo - Fotolia

Le stealthing, c’est lorsqu’un homme retire furtivement son condom, à l’insu de son ou de sa partenaire – et surtout sans son consentement –, en pleine relation sexuelle. Un projet de loi pourrait bien faire de la Californie le premier État américain à rendre la pratique illégale.

• À lire aussi: Elles luttent pour mettre fin aux violences sexuelles dans les écoles

• À lire aussi: Rentrée: l’alcool interdit sur le campus de trois universités à Montréal

C’est après la lecture d’un article d’Alexandra Brodsky, rédigé alors qu’elle était étudiante en droit à l’Université Yale en 2017, que la députée californienne Cristina Garcia a décidé de plancher sur le projet de loi, rapporte BuzzFeed. 

Dans son article, elle expliquait comment le stealthing, une pratique s’apparentant au viol, transforme des rapports sexuels consentis en rapports sexuels non consentis. 

• À lire aussi: Voici pourquoi le Québec devrait rendre l’accès à la contraception gratuit

• À lire aussi: La contraception sera gratuite en France pour les femmes jusqu’à 25 ans

Des victimes interrogées par Alexandra Brodsky décrivent cette pratique, qui est répandue, comme «un abus de confiance et une atteinte à leur autonomie, ce qui n’est pas sans rappeler le viol». Elles craignaient également les grossesses indésirées et les infections transmises sexuellement.

Bien que tout le monde – femme ou homme – puisse en être victime, une étude menée en 2019 démontre que les femmes sont les plus touchées. Le tiers (32%) des répondantes ont rapporté avoir vécu une expérience de stealthing. Un homme sur cinq (19%) a indiqué l’avoir aussi vécu. 

Passible de poursuites civiles

Si le projet de loi est adopté, le geste deviendra passible de poursuites civiles, sans toutefois devenir un acte criminel. Selon Alexandra Brodsky, le procès civil est préférable, parce qu’il offre plus de pouvoir à la victime que le procès criminel. 

• À lire aussi: La contraception masculine existe: on démystifie pour vous l’anneau thermique

«[Au criminel], tout le monde, sauf les victimes, peut décider de la suite à donner à l’affaire. La police doit décider d’enquêter ou non, les procureurs doivent décider de poursuivre ou non l’affaire. Les survivants n’ont pas leur mot à dire et cela peut être une expérience vraiment déresponsabilisante qui aggrave le méfait lui-même», précise l’avocate.

La balle dans le camp du gouverneur

Le projet de loi, qui a été approuvé à l’unanimité par les législateurs de l’État, doit maintenant être signé par le gouverneur californien Gavin Newsom. S’il est promulgué, la Californie joindrait le Canada, la Nouvelle-Zélande, la Suisse et l’Allemagne, où le stealthing est déjà illégal.

Cristina Garcia a exhorté le gouverneur à signer le projet de loi pour qu’il «fasse comprendre que le stealthing n’est pas seulement immoral, mais aussi illégal», a-t-elle écrit sur Twitter. 

https://twitter.com/AsmGarcia/status/1435638056246124551

À lire aussi

Et encore plus