Benoit Charette n’est pas un fan de la plateforme environnementale conservatrice | 24 heures
/bref

Benoit Charette n’est pas un fan de la plateforme environnementale conservatrice

Image principale de l'article Charette pas fan de la plateforme conservatrice
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le plan environnemental du Parti conservateur «impressionne» peu le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charette. Il souhaite un gouvernement minoritaire à Ottawa, afin de «continuer à avoir ce pouvoir d'influence au niveau fédéral». 

Le ministre caquiste a été appelé mardi, dans le cadre de la rentrée parlementaire, à commenter la sortie de son chef, François Legault, qui affirmait la semaine dernière qu’un gouvernement minoritaire conservateur était une des rares options valables pour un nationaliste québécois.

• À lire aussi: Urgence climatique: voici les plans des partis en environnement

• À lire aussi: Le vote stratégique, une bonne idée? On vous explique

• À lire aussi: Les partis fédéraux «déconnectés» de la crise climatique

«Ce n'est pas le volet de leur plateforme qui nous impressionne davantage, a souligné M. Charette. C'est la raison pour laquelle, dès le départ, peu importe la formation politique, on espère un gouvernement minoritaire, de sorte que l'on puisse continuer à avoir ce pouvoir d'influence au niveau fédéral.»

Des cibles moins ambitieuses 

Dans neuf ans, le Parti conservateur d’Erin O’Toole veut avoir réduit les émissions de gaz à effet de serre canadiennes de 30% par rapport à 1990. C’est 10 points de pourcentage de moins que le Parti libéral et 20 de moins que le NPD ou le Bloc.

Le PCC souhaite aussi mettre fin à la production d’électricité par le charbon, exiger que 30% des véhicules légers vendus au Canada soient des véhicules à émission zéro d’ici 2030 et faire en sorte d’augmenter les cibles de protection du territoire canadien, notamment.

Une sortie controversée 

La semaine dernière, François Legault appelait les Québécois à voter conservateur ou Bloc, afin de «protéger» les champs de compétence de la province. «Le Parti conservateur a été clair. Il veut augmenter sans condition les transferts en santé. Il veut transférer les pouvoirs en matière d’immigration. [Erin] O’Toole s’engage à ne pas contester la loi 21», avait-il renchéri.

Dans son point de presse, jamais le premier ministre n’avait mentionné l’enjeu environnemental. Or, la lutte contre les changements climatiques n’est pas moins une priorité pour le gouvernement, a avancé Benoit Charette, mardi.

«Le gouvernement, peu importe sa couleur, s'il est minoritaire à Ottawa dans quelques jours, ne pourra pas transformer les pratiques environnementales sans aller chercher l'appui des autres formations», a-t-il répété.

À lire aussi

Et encore plus