Enfin: vous pourriez bientôt acheter vos billets de bus et de métro sur votre téléphone | 24 heures
/bref

Enfin: vous pourriez bientôt acheter vos billets de bus et de métro sur votre téléphone

Image principale de l'article Vous pourriez acheter vos billets sur votre mobile

Acheter un titre de transport directement de son téléphone intelligent, c’est un rêve (presque) devenu réalité! L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) teste actuellement cette fonctionnalité, et vous pourriez faire partie des cobayes.

• À lire aussi: Le moyen de transport du futur, c’est votre téléphone

• À lire aussi: Un plan de 885 millions $ pour électrifier les transports à Montréal

Quelques milliers de chanceux pourront tester cette nouvelle fonctionnalité dès aujourd’hui et jusqu’au 31 décembre. Il suffit de s’inscrire sur le site de l’ARTM et de remplir un formulaire pour soumettre sa candidature. L’expérimentation fonctionne pour toutes les sociétés de transport membres de l’ARTM: la STM, la STL, exo et le RTL.

Les heureux élus, qui recevront une toute nouvelle carte OPUS pour s’assurer qu’elle puisse bien communiquer avec leur téléphone intelligent, devront télécharger une application en version test. À terme, la fonctionnalité sera ajoutée à l’application Chrono, sur laquelle on peut déjà voir les horaires de transport en temps réel et louer un BIXI.

Les personnes sélectionnées devront, au cours des prochains mois, acheter au moins un titre de transport à leurs frais, le télécharger sur leur nouvelle carte OPUS, puis valider leur passage, par exemple, dans un autobus ou une station du métro de Montréal. Elles seront ensuite invitées à remplir deux sondages: le premier sur leur expérience d’achat et d’ajout du titre de transport, et l’autre sur leur expérience de validation du titre. 

À venir en 2022?  

Sans pouvoir donner un échéancier précis, l’ARTM espère bien sûr offrir la fonctionnalité au grand public le plus rapidement possible. «Le calendrier sera déterminé en fonction de la rétroaction des usagers, et si on doit élargir ou rétrécir l’offre», précise le porte-parole de l’ARTM, Simon Charbonneau.

«On sait que c’est attendu, on y travaille très fort. Et les usagers ont leur mot à dire, ce qui est intéressant», ajoute-t-il. 

Faciliter les transactions  

L’objectif de l’ARTM, avec cette fonctionnalité, est de «rendre plus fluides les transactions, l’accessibilité et les déplacements», explique M. Charbonneau. «On veut répondre aux besoins des sociétés de transport, mais aussi à ceux des usagers en rendant le tout le plus simple et convivial possible.»

• À lire aussi: Voici à quoi ressemblera le réseau de transport en commun au Québec dans 10 ans

• À lire aussi: REM de l'Est: un tunnel de 500 mètres au centre-ville

Et tout ça fonctionne grâce au near-field communication (NFC) entre le téléphone et la carte OPUS, qui permet de lire ce qui est sur la carte, mais aussi de transférer les titres achetés directement sur la carte. 

«On dématérialise le comptoir de vente, affirme le porte-parole. Peu importe où on se trouve, on pourra acheter et encoder les titres sur sa carte.» Il faut donc avoir sa carte OPUS tout près lors de l’achat pour s’assurer de bien y enregistrer les titres.

À lire aussi

Et encore plus