Réglementer les pubs de VUS comme celles de cigarettes | 24 heures
/environment

Réglementer les pubs de VUS comme celles de cigarettes

s

De la même manière qu’on a réglementé les publicités de cigarettes, les gouvernements fédéral et provincial devraient encadrer celles où on aperçoit des VUS, exige une représentante d’Équiterre.

«Quand on a remarqué que le tabac posait un problème à la santé publique, on a réagi, on a réglementé la publicité pour la limiter. C'est un peu ce qu'on propose de faire pour les gros véhicules qui sont en train de faire exploser nos émissions de GES», explique l’analyste en mobilité chez Équiterre, Andréanne Brazeau. 

L’organisme environnemental a publié en mars une étude sur les pratiques publicitaires de l’industrie automobile dans laquelle ils ont analysé des milliers de publicités provenant de magazines et de journaux canadiens. 

«Dans la majorité des publicités, on voit que la nature est largement représentée, ce qui est assez ironique quand on sait que les gros véhicules contribuent largement à [la] détruire», lance-t-elle. 

1,6 milliard de dollars

Mme Brazeau a remarqué que bien des gens qu’elle a questionnés sur les publicités automobiles étaient facilement capables de décrire une scène typique de publicité de VUS : un camion près d’un cours d’eau ou bien roulant dans les montagnes. 

En 2019, les constructeurs automobiles ont dépensé 1,6 milliard de dollars pour des publicités au Canada sur le Web, d’après le rapport Sans limite : la publicité automobile au Canada d’Équiterre. 

«On est en élection fédérale. On sait que les camions légers entraînent une hausse des émissions de GES au pays. Donc, pourquoi est-ce qu'aucun des partis, en ce moment, ne propose de solution à ce problème-là?» se demande l’analyste en mobilité.

Fin des véhicules à essence?

Les gouvernements canadien et québécois ont tous deux annoncé qu’ils comptent mettre fin à la vente de véhicules à essence en 2035. Pourtant, pour arriver à une telle cible, il faut absolument réglementer les publicités automobiles, selon Andréanne Brazeau. «On nous martèle de publicités de gros véhicules et de véhicules à essence, c'est absolument incohérent [avec cet objectif]», déplore-t-elle. 

Au Canada, quatre véhicules vendus sur cinq étaient des camions légers en 2020.

D'autres vidéos qui pourraient vous intéresser: 

Imagine si... on réduisait notre consommation d'eau

s

La crise du logement menace le quartier chinois 

s

Le tourisme spatial nuit à la lutte contre les changements climatiques

s

À lire aussi

Et encore plus