Alexandre Vallerand, un candidat handicapé du NPD, veut porter la voix de ceux qu’on «n’entend pas» | 24 heures
/bref

Alexandre Vallerand, un candidat handicapé du NPD, veut porter la voix de ceux qu’on «n’entend pas»

Image principale de l'article Il veut porter la voix de ceux qu’on n’entend pas
Photo Guillaume Cyr

Donner une voix à ceux qu’on «n’entend pas»: c’est l’objectif que s’est donné Alexandre Vallerand, atteint de paralysie cérébrale, en se lançant en politique avec le Nouveau Parti démocratique.

«J’aime ça, m’asseoir avec une personne et lui demander comment ça va», nous confie le candidat devant la station de métro Honoré-Beaugrand. Celui qui souhaite représenter la circonscription de La Pointe-de-l’Île, dans l’est de Montréal, nous y avait donné rendez-vous pour aller à la rencontre d’électeurs.  

Photo Guillaume Cyr

L’homme de 27 ans a d’ailleurs dû mettre les bouchées doubles pour se faire connaître dans sa circonscription. Puisqu'il est entré trop tard dans la course, on ne le voit sur aucune pancarte de sa formation politique. Il doit donc miser sur les séances de porte à porte et les rencontres dans le métro.  

Aucun escalier ne pourra d'ailleurs l’arrêter ou l’empêcher de porter son message: son accompagnateur transporte des walkies-talkies pour lui permettre de parler à ses concitoyens qui habitent aux étages supérieurs des immeubles qu’il croise sur son chemin. 

Mais ce ne sont pas tous les problèmes d’accessibilité qui peuvent se régler avec des walkies-talkies. Par exemple, lorsqu’on l’a accompagné sur le terrain, le candidat, qui se déplace en fauteuil roulant, a eu du mal à trouver des toilettes qu’il pouvait utiliser. 

Peu de représentation au Parlement   

Au Canada, les personnes handicapées sont peu représentées parmi les élus des divers paliers de gouvernement. À Ottawa, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, vit avec une déficience visuelle depuis sa naissance.   

La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough

Photo d'archives

La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough

Malgré cette faible représentation, Alexandre Vallerand ne souhaite pas devenir le «handicapé de service». Il souhaite plutôt offrir une voix à ceux qui, comme lui, vivent avec un handicap.  

Comment? En parlant de la réalité des personnes handicapées et des défis auxquels elles font face au quotidien. Il veut aussi briser les préjugés qu’il subit lui-même dans la vie de tous les jours. «Lorsque j’attends à la porte, on me donne parfois de l’argent. On m’a déjà donné 20$», raconte-t-il. 

Le candidat néo-démocrate, qui a déjà tenu un rôle dans la télésérie 30 vies, espère également être une source d’inspiration pour les personnes handicapées, en leur montrant notamment qu’il est possible de «s’émanciper» et de réaliser des rêves ou des projets. Il veut aussi mieux faire connaître le régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI), qui vise à protéger la sécurité financière des personnes handicapées et de leur famille. 

Et l’objectif qui lui est le plus cher: réduire le coût des médicaments pour les personnes handicapées.  

Crise du logement et itinérance   

L’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées n’est toutefois pas le seul enjeu auquel le candidat souhaite s’attaquer.  

S'il est élu, il fera de l’accessibilité au logement une priorité. Pour lui, l’accès à un logement abordable est un droit. «On écoute très peu la classe moyenne-pauvre», regrette-t-il.  

Il s’est également dit très sensible à la situation des personnes itinérantes, notamment de celles qu’il côtoie régulièrement près du square Cabot, à Montréal. 

Quels accommodements le jour de vote?   

Une personne avec un handicap peut vérifier si son bureau de vote lui est accessible. On peut le faire:        

  • En consultant sa carte de l’électeur;     
  • En se rendant sur le site d’Élections Canada et en y entrant son code postal;     
  • En appelant au 1 800 463-6868 ou au 1 800 361-8935 pour les personnes sourdes ou malentendantes.        

Si le bureau de vote ne répond pas aux conditions d’accessibilité ou s'il est trop loin, il est possible de contacter Élections Canada pour trouver une solution, comme le vote par la poste.  

À lire aussi

Et encore plus