De décrocheur à motivateur: un Québécois au sommet des balados sur Spotify | 24 heures
/bref

De décrocheur à motivateur: un Québécois au sommet des balados sur Spotify

Charles Côté, créateur du balado Drôlement inspirant
Courtoisie

Charles Côté, créateur du balado Drôlement inspirant

Connaissez-vous le motivateur québécois Charles Côté? Son balado, Drôlement inspirant, est parmi les plus écoutés au Canada sur Spotify. On a rencontré le motivateur qui ne se prend pas au sérieux et qui utilise les réseaux sociaux pour se faire connaître. 

• À lire aussi: Le 6AM Club: Un club de course amateur pour commencer sa journée du bon pied

• À lire aussi: Joe Rogan déclaré positif à la COVID-19

Le coach originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu est un autodidacte. Il ne possède aucun diplôme: ses techniques de motivation et de croissance personnelle lui viennent de ses propres expériences, de livres qu'il a lus et de formations qu’il a pu suivre. 

«Je n’ai pas fini ma cinquième secondaire. Je m’en vante et je le crie sur tous les toits, pour montrer que tu n’as pas besoin de ça pour réussir», mentionne l’homme de 26 ans qui ne dénigre pas pour autant l'école. 

Charles Côté s’intéresse à l'univers de la motivation et des coachs de vie depuis qu’il a 16 ans. De la motivation et de l’ambition, il n’en manque pas. À 20 ans, il devenait le plus jeune directeur des ventes dans le secteur de la vente automobile au Canada. Il a justement voulu se servir de son expérience et de ses propres accomplissements pour en inspirer d’autres. Et ça semble fonctionner.

Vendredi dernier, Drôlement inspirant occupait le deuxième rang des balados les plus écoutés au pays sur Spotify, devançant même le très populaire Sous écoute, de Mike Ward. Un exploit dont il est fier. Mercredi, sur Apple Podcast, il se classait aussi premier dans la catégorie Développement personnel et au premier rang dans la catégorie Éducation, devant les réputés Ted Talks.

Le vendredi 10 septembre 2021, le balado Drôlement inspirant figurait au 2e rang du palmarès des 200 balados les plus populaires du Canada. Il est actuellement troisième.

Capture d'écran Spotify

Le vendredi 10 septembre 2021, le balado Drôlement inspirant figurait au 2e rang du palmarès des 200 balados les plus populaires du Canada. Il est actuellement troisième.

Ce n’est pas tout. En août, Drôlement inspirant a été téléchargé plus de 90 000 fois sur la plateforme d’écoute en continu. Pas mal, pour un balado lancé il y a à peine neuf mois! 

Selon le principal intéressé, qui compte plus de 111 000 abonnés sur TikTok, son message trouve un écho chez les jeunes et aussi chez les femmes, qui représentent 60% de son public. 

Prochain défi: devancer le balado The Joe Rogan Experience. Mais ce sera difficile, dit-il, puisque le célèbre animateur et commentateur d’UFC, Joe Rogan, a signé un partenariat avec Spotify. 

Un effet pandémie?  

La pandémie pourrait bien avoir contribué au succès de Drôlement inspirant, selon Charles Côté. Le fait est que les derniers mois, marqués par de nombreux bouleversements, ont été particulièrement propices pour effectuer des changements dans nos vies, avance-t-il. 

Et l’idée n’est pas de tout changer. «Je veux montrer aux gens qu’ils doivent prendre action dans leur vie. Je n’ai pas l’intention de changer leur vie au complet. Ils doivent simplement faire un pas en avant», insiste-t-il. 

Les coachs de vie ont la cote  

Les coachs de motivation et de vie ont le vent dans les voiles. Dans un reportage du Journal publié mardi, une quinzaine de coachs confirment avoir remarqué un bond important des demandes de consultation. Cette popularité pourrait s’expliquer par les délais importants pour obtenir de l’aide psychologique, surtout depuis le début de la pandémie.

Près de 19 000 personnes sont toujours dans l’attente d’un rendez-vous en santé mentale au Québec, selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux. Et il faut de six mois à deux ans pour consulter un psychologue, au public ou au privé, précise Geneviève Beaulieu-Pelletier, psychologue et professeure à l’UQAM.

Un coach de vie ne remplace toutefois pas un psychologue, rappelle-t-elle.  

– Avec Anne-Sophie Poiré

À lire aussi

Et encore plus