L’exploration pétrolière et gazière et les pipelines pourraient être interdits au Québec, une première en Amérique du Nord | 24 heures
/environment

L’exploration pétrolière et gazière et les pipelines pourraient être interdits au Québec, une première en Amérique du Nord

Des activités d'exploration pétrolière ont été menées à l'île d'Anticosti en 2010.
AFP

Des activités d'exploration pétrolière ont été menées à l'île d'Anticosti en 2010.

Québec évalue la possibilité d'interdire les pipelines et de mettre fin à l’exploration pétrolière et gazière sur son territoire.  

«Effectivement, la possibilité, l'avenue d'interdire l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures au Québec [...] est actuellement analysée par mon ministère», a confirmé mercredi le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien. 

• À lire aussi: La crise climatique: «Une urgence de santé»

• À lire aussi: La plateforme environnementale des libéraux est (peut-être) la meilleure, selon un économiste réputé

«Un message fort» 

C’est une nouvelle de taille, puisque le Québec deviendrait le premier État en Amérique du Nord à interdire l’exploration d’énergies fossiles. 

«C’est un message qui est fort», estime Émile Boisseau-Bouvier, analyste en politiques climatiques et transition écologique d’Équiterre. 

«On viendrait rejoindre d’autres États, comme le Danemark et le Costa Rica, qui ont lancé récemment la Beyond Oil and Gas Alliance, qui est un regroupement d’États qui veulent inciter les autres à mettre fin aux permis d’exploration et à mettre une date claire de fin d’exploitation du pétrole et du gaz. On se positionnerait comme leaders», affirme-t-il. 

• À lire aussi: Voici les plans des partis fédéraux en environnement

• À lire aussi: Les partis fédéraux «déconnectés» de la crise climatique

Dommageable et non rentable   

Selon des informations rapportées par le quotidien La Presse mercredi, le comité sur le suivi du Plan pour une économie verte devrait recommander sous peu au ministre de l’Environnement de mettre fin à cette pratique, puisqu’elle est non seulement dommageable pour l’environnement, mais aussi non rentable économiquement.  

En juin dernier, dans un rapport de recherche, le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE) confirmait le pouvoir du Québec de mettre fin aux activités de l'industrie des hydrocarbures. 

«L’Assemblée nationale du Québec dispose de tous les pouvoirs nécessaires pour adopter une loi mettant un terme à l’industrie des hydrocarbures sur l’ensemble de son territoire, sans indemnité», est-il écrit. 

Et les pipelines?  

Québec solidaire doit déposer sous peu un projet de loi pour interdire les pipelines. «C'est également sur la table, naturellement», a soutenu le ministre Julien lorsque questionné à ce sujet. 

Quel effet sur les GES? 

Comme il n’y a pas d’exploitation de produits pétroliers et gaziers au Québec, cette réglementation n’aurait pas d’impact sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la province, mais on éviterait, à tout le moins, d’en ajouter, souligne Émile Boisseau-Bouvier.  

À lire aussi

Et encore plus