Comportement déplacé: un candidat d’OD se fait expulser | 24 heures
/pop

Comportement déplacé: un candidat d’OD se fait expulser

Alexandre Poirier
Photo Occupation Double

Alexandre Poirier

Un candidat ayant soulevé un tollé sur les réseaux sociaux dimanche soir en raison d’histoires de comportement violent et de harcèlement a été expulsé de l’aventure Occupation Double dans l’Ouest.

La production en a fait l’annonce sur les réseaux sociaux, lundi. Elle a spécifié que le comportement dans l’aventure d’Alexandre, 31 ans, lui a valu une rencontre avec la production, sans spécifier quels sont les événements à l’origine de son expulsion. Son départ n'est pas en lien avec les dénonciations publiées depuis dimanche sur les réseaux sociaux. 

«Cette rencontre a mis fin à son parcours», a ajouté la production de l'émission diffusée sur Noovo, précisant que des détails seraient dévoilés au cours des prochains épisodes.

De nombreuses personnes ont raconté des histoires impliquant l’ancien candidat sous une publication Facebook, laquelle a rapidement atteint les milliers de commentaires.

Participation secrète  

Comme il faisait partie d’une twist, sa participation est restée secrète jusqu’au tapis rouge. C’est à ce moment-là que les témoignages ont fusé. Comme trois semaines séparent les tournages de la diffusion, le candidat ne fait déjà plus partie de l’aventure.

Par ailleurs, une scène de l’émission a fait sourciller plusieurs téléspectateurs. Dans l'extrait, on pouvait l’entendre dire ceci: «Si j’avais eu un punching bag en avant de moi, je te dirais que, sérieusement, j’aurais eu un petit échange dedans», en réaction au fait qu’aucune des quatre filles ne l’avait choisi pour une date en tête-à-tête.

La production assure soumettre tous ses candidats à une évaluation psychologique avant leur participation à l’émission, sans compter les recherches d’antécédents criminels. 

La productrice aux contenus d’OD dans l’Ouest, Valérie Dalpé, a affirmé en entrevue avec Le Devoir que tous les candidats doivent «signer une décharge dans laquelle ils promettent de n’avoir “aucun squelette dans le placard”».