Votre nom figure peut-être sur cette liste noire des locataires | 24 heures
/bref

Votre nom figure peut-être sur cette liste noire des locataires

Image principale de l'article Il existe une liste noire des locataires
Capture d'écran

Votre nom pourrait apparaître sur une liste noire de locataires, accessible à tous, sans que vous le sachiez, une situation qui inquiète les associations de locataires et de propriétaires.  

• À lire aussi: À Montréal, un étudiant sur dix vit dans un appart qui a besoin de grosses réparations

• À lire aussi: Avez-vous reçu par la poste une offre d'achat pour votre immeuble de logements?

Le site listenoire.ca, qui a récemment été mis en ligne, permet en effet à n’importe qui d’ajouter anonymement le nom d’une personne à une liste de locataires jugés indésirables. 

Il est aussi possible d’indiquer – sans preuve et sans qu’aucune vérification soit faite – si le locataire en question est «un vendeur de drogue» ou un «membre d’un groupe criminel», s’il «fête la nuit» ou si une «assistance policière a été requise» dans un logement qu’il aurait pu occuper.  

Les membres du site peuvent inscrire plusieurs informations très personnelles

Capture d'écran

Les membres du site peuvent inscrire plusieurs informations très personnelles

Le site invite finalement les usagers à accompagner leurs entrées de photos. Par exemple, des images de dommages qui auraient pu avoir été causés à un logement.  

3000 propriétaires inscrits  

Pour en apprendre davantage sur cette liste noire, on a écrit à l’adresse qui se trouve sur le site.  

Selon un certain Jeremy Lafortune, qui a répondu à nos questions, 3000 propriétaires se seraient inscrits au site pour pouvoir rechercher des noms et en ajouter. Et la «liste noire» comprendrait quelque 1500 locataires, soutient-il. Le site serait géré par un groupe de propriétaires.  

Et pourquoi avoir lancé un tel site? «Éviter à un propriétaire d’immeuble de se retrouver avec certains cas à problèmes», affirme Jeremy Lafortune.  

«Prévenir aussi les risques de pertes envers les propriétaires d’immeubles à logements. Le site est de type coopératif. Des listes de mauvais locataires se vendent en privé, mais ne sont pas à jour régulièrement. Le site sert à avoir l’information en temps réel», poursuit-il. 

Un site «illégal»?  

La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) et le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) condamnent vivement cette liste noire.  

Le directeur des opérations de la CORPIQ, Kevin Buche, va même jusqu’à la qualifier d’«illégale», soutenant que certains aspects du site sont diffamatoires. «N’importe qui peut écrire n’importe quoi et il n’y a rien de vérifié», dénonce-t-il. 

Si la CORPIQ et des propriétaires réalisent des enquêtes sur des locataires, ces derniers doivent absolument donner leur consentement. Ces enquêtes visent à connaître la cote de crédit d'une personne ou encore des jugements passés au Tribunal administratif du logement (TAL) qui pourraient la concerner. L’objectif n’est jamais de déterminer si un locataire «est bon ou pas bon», soutient Kevin Buche. 

Une liste dangereuse  

Par crainte de se retrouver sur cette liste noire, des locataires pourraient décider de ne pas défendre leurs droits vis-à-vis de leur propriétaire ou de ne pas utiliser les recours qui sont en place pour les aider, dénonce pour sa part Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU.    

«On trouve ce genre d’entreprise très dangereuse et on la dénonce, insiste-t-elle. La déclaration peut être basée sur des appréciations très personnelles et inclure, par exemple, des locataires qui défendent simplement leurs droits.»  

Sans commenter ce cas en particulier, la Commission des droits de la personne rappelle que «le propriétaire d’un logement ou son représentant ne peut demander que les renseignements nécessaires à la location afin de respecter le droit au respect de la vie privée».  

*

Une vidéo qui pourrait aussi vous intéresser:   

Le Portugal a décriminalisé toutes les drogues   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus