Les usagers du métro de Moscou pourront payer leur titre par reconnaissance faciale | 24 heures
/bref

Les usagers du métro de Moscou pourront payer leur titre par reconnaissance faciale

Image principale de l'article Le paiement par reconnaissance faciale à Moscou
AFP

Voyage vers le futur! À Moscou, le paiement par reconnaissance faciale fera bientôt son entrée dans le métro. Pendant ce temps, à Montréal, on pourra (peut-être) bientôt acheter nos billets de métro et de bus directement sur notre téléphone intelligent.

• À lire aussi: Enfin: vous pourriez bientôt acheter vos billets de bus et de métro sur votre téléphone

• À lire aussi: Le transport en commun bientôt gratuit à Saint-Jérôme

C’est ce qu’a annoncé le département des transports de la ville russe ce jeudi, qui a mené une démonstration médiatique du paiement par reconnaissance faciale avant son lancement officiel, le 15 octobre prochain.

Les passagers n’auront donc ni téléphone, ni carte de métro, ni billet à présenter pour avoir accès aux 241 stations du métro de Moscou. Tout ce qu’ils auront à faire, c’est de télécharger leur photo et leurs données bancaires sur l’application de la société de transport.

Selon la vice-cheffe du service de presse du département, Anna Lapouchkina, ce nouveau mode de paiement aux allures futuristes permettra de réduire les temps d’attente, car il est «trois fois plus rapide» que les méthodes traditionnelles.

Porte ouverte aux vols de données ?  

Mme Lapouchkina a tenu à souligner que la «pleine sécurité» des données transmises sera garantie, mais ne s’est pas trop avancée sur le sujet et n’a pu être questionnée par les journalistes. 

Un passager franchit la billetterie de la station de métro Turgenevskaya à Moscou, le 23 septembre 2021, alors que la capitale russe teste le nouveau système de paiement par reconnaissance faciale.

AFP

Un passager franchit la billetterie de la station de métro Turgenevskaya à Moscou, le 23 septembre 2021, alors que la capitale russe teste le nouveau système de paiement par reconnaissance faciale.

D’ailleurs, COVID-19 oblige, le système de reconnaissance faciale fonctionnerait même avec le masque. Seule une moitié visible du visage suffirait.

Plusieurs ONG russes et internationales ont toutefois critiqué l’utilisation massive de la reconnaissance faciale, qui ouvre la porte à des dérives et à des fuites de données. 

C’est le cas de l’organisme Human Rights Watch, qui souligne que «l’utilisation incontrôlée de ces technologies a de graves implications pour les droits de la personne et les libertés fondamentales».

Pas encore le cas au Québec  

Au Québec, on est plutôt rendu à tester l’achat de titres de transport sur son téléphone intelligent. D'ailleurs, c'est peut-être mieux comme ça... 

Jusqu’au 31 décembre, la clientèle des sociétés de transports du grand Montréal, soit la STM, le RTL, la STL et exo, peut s’inscrire en ligne pour tenter de participer au projet pilote de l’ARTM.

En tout, ce sont 4000 Québécois qui pourront tester ce nouveau mode de paiement. L’ARTM ne peut pas, pour l’instant, offrir d’échéancier précis quant au déploiement à grande échelle de cette fonctionnalité, mais elle espère pouvoir l’offrir le plus rapidement possible. 

- Avec l'AFP et Andrea Lubeck