Affaire Huawei: la justice américaine sur le point de reporter les poursuites contre Meng Wanzhou, qui pourra retourner en Chine | 24 heures
/bref

Affaire Huawei: la justice américaine sur le point de reporter les poursuites contre Meng Wanzhou, qui pourra retourner en Chine

Image principale de l'article Les poursuites contre Meng Wanzhou «reportées»
AFP

Les poursuites engagées contre la directrice financière de l’entreprise chinoise de télécommunications Huawei, Meng Wanzhou, sont sur le point d'être reportées jusqu’à la fin de 2022, mettant fin à trois ans de relations tendues entre la Chine, les États-Unis et le Canada. Retour sur une saga qui n’est pas près d’être terminée. 

• À lire aussi: Accord entre Washington et Huawei pour un retour en Chine de sa directrice financière

• À lire aussi: Emprisonnement des deux «Michael»: le ministre Garneau dénonce l’absence de transparence

Qui est Meng Wanzhou?  

Pour les néophytes d'Huawei, Meng Wanzhou est la directrice financière du géant chinois des télécommunications, entreprise fondée par son père Ren Zhengfei en 1987.

Le 1er décembre 2018, la femme d’affaires a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver, en Colombie-Britannique, à la demande du gouvernement américain qui souhaite la juger pour fraude bancaire, un délit passible de plus de 30 ans de prison aux États-Unis.

Depuis son arrestation, Meng vit en liberté restreinte dans l’une de ses propriétés de Vancouver.

Les raisons de sa détention  

Avant d’arriver à son arrestation, il faut retourner en 2013, lors d’une rencontre entre elle et un cadre de la HSBC, à Hong Kong.

La femme de 49 ans lui aurait menti sur des liens entre Huawei et une filiale nommée Skycom qui vendait des équipements à l’Iran, exposant l’établissement à des sanctions américaines.

Selon le gouvernement chinois, l’administration Trump cherchait avant tout à affaiblir Huawei, et les avocats de Meng Wanzhou ont de nouveau plaidé la thèse selon laquelle les États-Unis ont intenté un procès «abusif» à leur cliente.

Quelques jours après son arrestation, Pékin a annoncé la détention de deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, pour espionnage. Ils sont respectivement ancien diplomate auparavant en poste à Pékin et consultant et homme d’affaires spécialiste de la Corée du Nord.

• À lire aussi: Le bras de fer diplomatique et judiciaire entre la Chine et le Canada loin d'être terminé

De retour prochainement en Chine  

Les tensions entre Pékin, Ottawa et Washington sont sur le point d’être chose du passé, puisque Meng Wanzhou s’est vu proposer un accord par le gouvernement américain.

Si les termes de l’accord proposé par le ministère de la Justice sont validés par le tribunal fédéral de Brooklyn, Meng Wanzhou, qui comparaît de Vancouver par visioconférence et qui a plaidé non coupable, pourra rentrer en Chine dès aujourd’hui, selon ce que rapporte le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

Meng, qui a toujours nié les accusations de fraude bancaire, accepterait de reconnaître certaines «fautes» en échange du report, puis de l'«abandon» des poursuites.

D’après le quotidien américain, l’administration de Joe Biden aurait repris des consultations sur l'affaire Huawei, notamment à la lumière du désir de Meng Wanzhou de retrouver sa famille en Chine, après près de trois ans de séjour forcé au Canada.

– Avec l’AFP