Les transactions de crypto sont maintenant illégales en Chine : le bitcoin chute de 6% | 24 heures
/portemonnaie

Les transactions de crypto sont maintenant illégales en Chine : le bitcoin chute de 6%

Image principale de l'article La Chine interdit les transactions de cryptos
AFP

Le prix du bitcoin a chuté de 6% vendredi matin après que la banque centrale chinoise ait déclaré illégales toutes les transactions financières impliquant de la cryptomonnaie. La nouvelle majeure pourrait bien créer un nouveau précédent dans le monde des monnaies numériques.

• À lire aussi: Tentative d'extorsion contre Voip.ms à Terrebonne

• À lire aussi: Après le Salvador, l’Ukraine serait en voie de légaliser la cryptomonnaie

«Les activités commerciales liées aux monnaies virtuelles sont des activités financières illégales», a déclaré la Banque centrale chinoise (PBOC) dans un communiqué en ligne, vendredi. 

Bien qu’elle ait pris les investisseurs au dépourvu, l’annonce de la Chine n’a pas de quoi étonner. Le pays de 1,3 milliard d’habitants a pris plusieurs mesures dans la dernière année pour lutter contre les transactions de monnaie virtuelle qu’elle considère au mieux comme un investissement incertain et au pire comme un moyen de blanchir de l’argent. 

Et comme la Chine est l’un des plus grands marchés de cryptomonnaie au monde, les fluctuations qui s’y produisent ont un impact sur le cours des monnaies virtuelles dans le monde entier.

Des impacts énormes

Déjà, plusieurs cryptomonnaies subissent les contre coups de l’annonce de la banque centrale chinoise. Tandis que le bitcoin a perdu 6,2% de sa valeur, l’Ethereum a chuté de 10,7% et la valeur de l’ensemble du marché a perdu près de 150 milliards de dollars.

La nouvelle interdiction concerne toutes les activités financières qui impliquent de la cryptomonnaie, comme le commerce de monnaie virtuelle ou encore la vente de jetons. 

Activités criminelles

Dans son communiqué, la Banque centrale de Chine a indiqué qu’elle considère carrément la cryptomonnaie comme un outil au service des criminels. 

«Le commerce et la spéculation autour du bitcoin et d’autres monnaies virtuelles se sont généralisés, perturbant l’ordre économique et financier, donnant lieu à du blanchiment d’argent, des collectes de fonds illégales, de la fraude, des systèmes pyramidaux et d’autres activités illégales et criminelles», a-t-elle dénoncé. 

Pékin a d’ailleurs envoyé de sérieux avertissements toute l’année. En mai, les institutions d’État chinois ont averti les acheteurs qu’ils ne bénéficieraient d’aucune protection en échangeant des bitcoins et autres devises en ligne et ont promis d’augmenter la pression sur le secteur. Peu de temps après, en juin, des responsables chinois ont fait arrêter plus de 1000 personnes soupçonnées d’avoir utilisé des ressources en ligne liées la criminalité pour acheter des cryptomonnaies. 

Pékin essaie également de limiter l’activité des «mines», le procédé essentiel au fonctionnement du réseau, puisqu’elles sont très énergivores et font gonfler les prix de l’électricité partout dans le monde. De plus, comme les cyptomonnaies actuelles sont décentralisées – donc très difficiles à retracer -, plusieurs experts croient que la Chine planifie de développer sa propre devise numérique. 

Le marché des cryptomonnaies a l’habitude des montagnes russes: en 12 mois, le prix du bitcoin est passé d’environ 10 000 $US en septembre 2020 à un bond historique de près de 60 000 $US en avril, avant une brusque correction qui avait conduit les prix à moins de 30 000 $US en juin.

- Avec les information de l’AFP

Sur le même sujet