L’Islande a presque fait élire un Parlement majoritairement féminin | 24 heures
/bref

L’Islande a presque fait élire un Parlement majoritairement féminin

Image principale de l'article Le Parlement a failli être majoritairement féminin
Geoffroy - stock.adobe.com

Dimanche, l’Islande a failli écrire une page d'histoire. Le pays est passé à quelques votes (et à un recomptage) d'élire une majorité de femmes au Parlement. Ces dernières représentent finalement 47,6% des élus.

• À lire aussi: Islande: la plus grande usine de captage de CO2 dans l’air maintenant en fonction

• À lire aussi: Plus de restrictions ni de passeport sanitaire: le Danemark devient le premier pays à revenir à la vie d’avant

Avant le recomptage, un total de 33 sièges sur 63 du Parlement islandais étaient occupés par des femmes. Les réjouissances, partagées partout dans le monde, n'auront toutefois duré que quelques heures. Ce sont finalement 30 des 63 élus qui sont des femmes. 

Malgré le recul, cette proportion reste le nouveau record d’Europe, la Suède occupait jusqu’ici la première place avec 47% de députées, selon les données compilées par la Banque mondiale.

Reykjavik. la capitale d'Islande.

Sved Oliver - stock.adobe.com

Reykjavik. la capitale d'Islande.

Quelques votes qui ont pesé lourd 

À la suite de ce nouveau comptage qui a changé quelques voix dans l'une des six circonscriptions du pays, en raison du très complexe système électoral islandais, trois femmes ont perdu le siège, a expliqué à l’AFP Ingi Tryggvason, le président de la commission électorale locale.

«Ces quelques votes de différence entraînent ces grands chambardements», a-t-il constaté.

Personne ne l’avait demandé, mais «nous avons décidé de recompter parce que le résultat était très serré», a ajouté le responsable électoral de la circonscription du Nord-Ouest. Toutefois, une certaine incertitude règne encore, car un possible recomptage dans une autre circonscription dans le sud du pays pourrait à nouveau avoir des conséquences.

Avant ce coup de théâtre, responsables et simples citoyens s’étaient félicités de voir la petite Islande (370 000 habitants) entrer dans l’histoire politique européenne. Aucun pays d’Europe n’a déjà franchi la barre symbolique des 50% de femmes dans un Parlement.

«J’ai 85 ans, j’ai attendu toute ma vie que des femmes soient majoritaires [...], et je suis vraiment très contente», avait confié à l’AFP Erdna, une habitante de Reykjavik. Si plusieurs partis réservent d’eux-mêmes une part minimale de femmes parmi leurs candidats, aucune loi n’impose de quota de femmes pour les législatives en Islande.

D'autres pays ont réussi 

Selon L'Obs, cinq pays comptent au moins 50% de femmes dans leur Parlement: le Rwanda (61%), Cuba (53%), le Nicaragua (51%) ainsi que le Mexique et les Émirats arabes unis (50%).

Et au Canada? Selon un comptage réalisé par Radio-Canada, 102 sièges sur 338 sont, depuis lundi dernier, occupés par des femmes à Ottawa.

Un pays à l'avant-garde 

Le pays nordique est régulièrement à l’avant-garde en matière de féminisme, et cela fait 12 ans qu'il est en tête du classement du Forum économique mondial en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

«C’est un nouvel exemple du chemin que nous avons fait pour arriver à l’égalité complète des sexes [...]. Je souhaite à ce Parlement un grand succès», avait déclaré à l’AFP le chef de l’État islandais, Gudni Johannesson.

Derrière ce symbole, les élections législatives organisées samedi ont été marquées par la position fragilisée de la première ministre, Katrin Jakobsdottir, malgré le renforcement de la coalition gouvernementale au pouvoir. Son parti de gauche écologiste, le mouvement Gauche-Verts, a perdu trois sièges et est passé, avec 12,6% des voix, derrière ses deux actuels alliés de droite.

Le grand vainqueur est le Parti du progrès (centre droit), qui emporte 13 sièges, soit cinq de plus que lors des dernières élections de 2017, avec 17,3% des voix. La liesse régnait dans la nuit au QG du parti, «de retour au premier plan de la scène politique», a lancé son dirigeant, Sigurdur Ingi Johannsson, lequel se retrouve en position de premier ministrable.

Sur le même sujet