Un ourson polaire qui a perdu sa mère pourrait mourir de faim | 24 heures
/bref

Un ourson polaire qui a perdu sa mère pourrait mourir de faim

Image principale de l'article Un ourson polaire pourrait mourir de faim
Andrey Gorban/The Siberian Times

En Sibérie, un ourson polaire semble chercher désespérément sa mère, qui aurait été tuée par des braconniers. Le jeune orphelin, qui a toujours besoin de sa mère pour se nourrir et chasser, pourrait bien «mourir de faim», craignent des experts.

• À lire aussi: Le réchauffement climatique irréversible? Des scientifiques lancent un cri d’alarme

• À lire aussi: Le mercure grimpe en flèche dans l'Arctique

L'animal âgé d'environ 2 ans est arrivé il y a quelques jours à Dikson, une petite communauté d'environ 670 personnes au nord de la Sibérie. 

Depuis la disparition de sa mère, l'ourson serait «confus» et «sous le choc», rapporte The Siberian Times. Des résidants de Dikson l'ont filmé au cours des derniers jours. 

L'animal bouge très peu. Il passerait la majorité de son temps allongé et attendrait le retour de sa mère, selon Andrey Gorban, qui dirige un zoo en Russie. 

Mais sa mère aurait été abattue par des braconniers. L'ourson, qui a moins de 3 ans, n'a pas appris à chasser et dépend de sa mère pour survivre, explique Andrey Gorban.

«L’ours s’allonge toujours au même endroit et il ne va pratiquement nulle part, raconte-t-il. Parfois, des chiens le pourchassent. Il se lève, les disperse et se recouche.» 

Les experts ne s'entendent d'ailleurs pas à savoir s'il faut le capturer pour l'amener dans un zoo ou le laisser en liberté. 

Le doyen n'est plus  

Autre mauvaise nouvelle: l’ours polaire le plus âgé d'Amérique du Nord, Snow Lilly, est mort le week-end dernier. Il était âgé de 36 ans. 

Snow Lilly a dû être euthanasié en raison de sa santé qui se dégradait, a annoncé le zoo de Milwaukee, aux États-Unis. 

La bête a largement dépassé l'espérance de vie d'un ours polaire vivant en captivité, qui est de 23,4 ans, selon CNN. Dans la nature, les ours vivent en moyenne de 15 à 18 ans. 

Leur survie est menacée 

La survie des ours polaires est de plus en plus menacée par le réchauffement climatique. Ils sont maintenant obligés d’utiliser jusqu’à quatre fois plus d’énergie pour se nourrir en raison de la fonte de la banquise, rapportait en février le quotidien The Guardian. 

Photo Fotolia

Où vivent-ils principalement? 

Ce n'est pas un hasard si les Canadiens vivent une histoire d’amour un peu particulière avec les ours polaires: entre 60% et 80% d’entre eux se trouveraient au pays. 

Et mis à part au Canada, on retrouve l’ours polaire principalement dans la région arctique, comme en Russie, au Groenland et en Norvège. Il existerait actuellement entre 22 000 et 31 000 ours polaires à travers le monde qui seraient répartis dans 19 populations.

Avec l'AFP et Gabriel Beauchemin, 24 heures

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus