MALAISE: Donald Trump refuse l'anesthésie lors d'une coloscopie pour ne pas céder le pouvoir à Pence | 24 heures
/misc

MALAISE: Donald Trump refuse l'anesthésie lors d'une coloscopie pour ne pas céder le pouvoir à Pence

Image principale de l'article Il refuse l'anesthésie lors d'une coloscopie
AFP

On savait que Donald Trump était prêt à tout pour rester au pouvoir, mais, une fois de plus, il réussit à nous surprendre. Cet homme fait preuve d’une force mentale hors norme.

Dans son nouveau livre, intitulé Je vais répondre à vos questions maintenant, l’ancienne attachée de presse de Donald Trump, Stephanie Grisham, raconte qu’il aurait refusé de se faire anesthésier pour ne pas céder le pouvoir à Mike Pence. 

• À lire aussi: Trump a déjà appelé son attachée de presse pour lui dire que son pénis ne ressemblait pas à un champignon et qu’il n’était pas petit

On se souvient des rumeurs sur l’état de santé de l’ancien président après qu’il eut visité de façon suspecte le centre médical Walter Reed, en 2019. Selon le livre, c’est à ce moment que Trump aurait eu une caméra qui lui jouait des tours là où le soleil disparaît. Il est resté éveillé et complètement lucide – c'est un grand mot – pendant qu’on lui examinait l’intérieur... 

Donald Trump quitte l’hélicoptère présidentiel pour se rendre dans un hôpital du Maryland, où il devrait passer quelques jours.

Photo AFP

Donald Trump quitte l’hélicoptère présidentiel pour se rendre dans un hôpital du Maryland, où il devrait passer quelques jours.

Ce qui est le plus étrange, dans cette histoire, ce n’est pas la procédure en tant que telle. On rappelle que c’est même suggéré, passé l’âge de 45 ans, chez les hommes (pour votre information, messieurs). Ce qui dérange le plus, c’est que notre ami Donald ait refusé l’anesthésie, et ce, afin de rester au pouvoir.

Il aurait d’ailleurs demandé à son équipe de garder le silence sur son examen de santé, afin de ne pas être la cible de commentaires moqueurs. Comme si on avait besoin de ça, c’est juste une excuse de plus. 

On ne veut pas vous donner d’images, mais c’est comme si vous demandiez à votre dentiste de ne pas vous piquer dans la bouche avant de gentiment vous enlever les dents de sagesse. Personne ne veut subir ça. Encore moins le pauvre médecin qui doit assister à la scène. Il a choisi sa profession, mais quand même...  

Le livre de Stephanie Grisham fait mention d’une situation similaire lorsque le président Bush avait transféré temporairement le pouvoir au vice-président Dick Cheney lors de sa coloscopie, en 2007. Trump, lui, a refusé de céder, serait-ce une seconde, les rênes du pays à son vice-président Mike Pence. 

Grisham lorsqu'elle était l'attachée de presse de la Maison-Blanche.

AFP

Grisham lorsqu'elle était l'attachée de presse de la Maison-Blanche.

En réponse à ces rumeurs et affirmations plus qu’étranges à son sujet, l’ancien président a dit que Grisham ne faisait pas du bon travail à la base et qu’elle devait régler ses problèmes de son côté. Il ajoute qu’elle est maintenant «comme tout le monde», payée par des éditeurs radicaux de gauche pour dire des mensonges à son sujet. 

On n’a jamais dit de prendre Donald Trump pour exemple, et ce n’est pas aujourd’hui que nous allons commencer. On espère d’ailleurs qu’il est en santé – quoique le mot «santé» puisse être relatif dans ce cas – et surtout qu’il se soit remis de sa procédure.  

À voir aussi dans le Sac de chips:    

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus