Le mont Blanc a rétréci d’un mètre depuis 2017 | 24 heures
/environment

Le mont Blanc a rétréci d’un mètre depuis 2017

Image principale de l'article Le mont Blanc a rétréci d’un mètre depuis 2017
AFP

Le mont Blanc, plus haut sommet d’Europe occidental, situé dans les Alpes françaises, a été mesuré à la mi-septembre à 4807,81 mètres, en baisse de près d’un mètre par rapport aux derniers relevés publiés en 2017.

• À lire aussi: 10 fois la taille de l'île de Montréal: le plus gros iceberg au monde se détache de l’Antarctique

• À lire aussi: La planète va perdre jusqu'à 10% de ses glaciers d'ici 2050, même si les objectifs climatiques sont atteints

Une équipe d’une trentaine de personnes s’est rendue à la mi-septembre sur le toit de l’Europe pour procéder à des relevés, ont expliqué ces experts, qui effectuent ce type de mesure tous les deux ans depuis une vingtaine d’années.

«Charge maintenant aux climatologues, glaciologues et autres scientifiques d’exploiter toutes les données recueillies et d’avancer toutes les hypothèses pour expliquer ce phénomène», ont-ils souligné lors d’une conférence de presse.

Les experts estiment que le mont Blanc rétrécit ainsi en moyenne de 13 centimètres par année.

Modéliser la calotte glaciaire 

L’objectif des mesures régulières est de «modéliser la calotte glaciaire» et «de constituer et de nourrir une banque de données précises et fiables qui pourront être exploitées par les experts (glaciologues, climatologues...) et surtout transmises aux générations futures», ont noté ces spécialistes.

• À lire aussi: Le réchauffement climatique irréversible? Des scientifiques lancent un cri d’alarme

La dernière mesure rendue publique en 2017 faisait état d’une altitude de 4808,72 mètres, elle-même en baisse par rapport à celles des années précédentes. C’est en 2007 qu’a été relevée l’altitude la plus élevée (4 810,90 m).

L’altitude varie continuellement 

En réalité, les chiffres varient d’une fois à l’autre, car le sommet est «recouvert d’une couche de “neiges éternelles” qui fonctionne comme une énorme congère et varie en fonction des vents d’altitude et des précipitations».

«Ainsi donc, depuis la nuit des temps, l’altitude du mont Blanc oscille continuellement.» Le sommet «rocheux» culmine pour sa part «à 4792 m», soulignent les géomètres. On ne peut donc pas imputer la baisse d’altitude uniquement aux changements climatiques.

La mesure effectuée en 2019 avait toutefois été tenue «secrète» car «exceptionnellement basse» (4 806,03 mètres) et «à prendre avec beaucoup de pincettes», révèlent-ils. Décision avait été prise à l’époque «d’attendre la mesure de 2021 pour davantage d’explications pédagogiques et scientifiques».

– Avec des informations du Guardian