Stations-service à sec et vent de panique au Royaume-Uni: on vous explique ce qui se passe | 24 heures
/bref

Stations-service à sec et vent de panique au Royaume-Uni: on vous explique ce qui se passe

Image principale de l'article Royaume-Uni: pénuries d'essence et vent de panique
Photo AFP

Des stations-service à sec, des automobilistes qui en viennent aux coups, des médecins qui doivent dormir dans des hôtels près de leur hôpital: le Royaume-Uni fait face à des pénuries d'essence qui suscitent la panique à travers le pays. Voici ce que vous devez savoir sur cette crise du carburant.

• À lire aussi: L'écoanxiété augmente au Québec et des experts disent que ce sera le mal du siècle

Qu'est-ce qui cause ces pénuries?   

Les pénuries d’essence sont dues au manque de chauffeurs de camions qui doivent acheminer le carburant jusqu'aux stations-service. Le manque de chauffeurs routiers s'est aggravé avec la pandémie, mais aussi depuis le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit).

Londres s’est résolu, samedi, à modifier sa politique d’immigration post-Brexit et à accorder jusqu’à 10 500 visas de travail de trois mois pour pallier le manque de conducteurs de camions, mais aussi de personnel dans des secteurs-clés de l’économie.

La semaine dernière, deux compagnies pétrolières, ExxonMobil et BP ont annoncé la fermeture de certaines de leurs stations, faute d'employés. À l'annonce de ces fermetures, des automobilistes se sont rués dans les stations-service pour faire le plein (et des réserves), en laissant beaucoup à sec. Les pénuries se sont alors aggravées. 

Des stations-service en manque d’essence    

Jeudi, de nombreuses stations-service britanniques étaient toujours à court de carburant. 

La Petrol Retailers Association (PRA), qui représente 65% des stations-service britanniques, signale que «même si [ses membres] continuent à recevoir des livraisons de carburant, celui-ci s’épuise plus vite que d’habitude en raison d’une demande sans précédent», a affirmé son directeur, Gordon Balmer.

AFP

Cette déclaration vient contredire directement le secrétaire en chef du Trésor, Simon Clarke, qui affirmait le matin même sur Sky News que «les stations-service reçoivent plus de carburant qu’elles n’en vendent». 

Selon la PRA, 27% de ses stations-service étaient toujours à sec jeudi, soit autant que mercredi. Et les files d’attente continuent de s’allonger devant les stations-service, notamment à Londres et dans le sud de l’Angleterre, malgré la promesse du gouvernement de mettre à disposition 150 chauffeurs de l’armée et de mobiliser la flotte de camions-citernes du gouvernement. 

AFP

Pour ne pas aggraver la situation, le ministre des Transports, Grant Shapps, demande aux automobilistes d'«agir comme d’habitude» et de ne pas procéder à des achats massifs sous l’effet de la panique. 

Des automobilistes se battent  

Alors que l'essence se fait rare, la tension monte dans certaines stations-service. Tellement que des automobilistes en sont venus aux coups. 

Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montre en effet quatre hommes – deux pères et leurs fils – qui se battent alors qu'ils attendaient pour de l'essence, selon le quotidien The Mirror.

Du personnel de la santé pourrait dormir à l’hôtel  

Face à la crise, des docteurs et des travailleurs de la santé pourraient devoir dormir à l’hôtel pour s’assurer qu’ils puissent se rendre à leur lieu de travail, rapporte la chaîne américaine CNBC

Un dirigeant du système de la santé publique a indiqué que certains travailleurs avaient du mal à faire le plein pour se rendre au travail. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus