Vivez-vous de l'écoanxiété? Répondez à ces sept questions pour le savoir | 24 heures
/environment

Vivez-vous de l'écoanxiété? Répondez à ces sept questions pour le savoir

Image principale de l'article Êtes-vous écoanxieux?
Photomontage Marilyne Houde

Il n’y a pas de diagnostic médical qui permet d’établir que quelqu’un est écoanxieux: ce n’est pas considéré, en soi, comme un trouble de santé mentale. Mais les manifestations concrètes de ce sentiment sont bien réelles.

• À lire aussi: L'écoanxiété augmente au Québec et ce sera le mal du siècle 

• À lire aussi: Trois habitudes à prendre pour continuer à vivre sa vie malgré l'écoanxiété

Christina Popescu, une doctorante en psychologie sociale qui s'intéresse à la question, nous en donne quelques exemples. Vous reconnaissez-vous là-dedans? 

Sept manifestations d'écoanxiété:   

  1. Vous avez ressenti de l’angoisse ou du stress à l’épicerie en choisissant vos aliments, en raison de leur impact environnemental?    
  2. Laisser couler l’eau du robinet ou de la douche longtemps vous a fait sentir mal?  
  3. Vous avez déjà été indigné de recevoir un cadeau suremballé?  
  4. Vous vous êtes déjà senti triste ou découragé après avoir lu les nouvelles sur l’environnement?  
  5. Après le confinement, vous avez perdu espoir que les choses allaient changer côté environnement?  
  6. Vous vous êtes dit que ça ne servait à rien de poursuivre vos études à cause de l’avenir de la planète?    
  7. Vous avez fait une croix sur l’idée d’avoir des enfants parce que le futur vous parait sombre?    

Si vous avez répondu «oui» à au moins une de ces questions, vous avez déjà ressenti de l’écoanxiété; et vous êtes loin d’être seul!

Quand faut-il consulter?     

Selon la psychologue Inês Lopes, qui étudie le lien entre l’environnement et la psychologie depuis plus de 15 ans, il est normal et valide de ressentir de l’anxiété face aux changements climatiques. 

• À lire aussi: L'écoanxiété est un mal nécessaire

L'une des meilleures façons de lutter contre les effets négatifs que l'écoanxiété nous amène, c'est de s'impliquer pour l'environnement d'une façon qui nous convient et qui nous tient à coeur. 

C'est lorsque cette anxiété nous empêche de vaquer à nos occupations normales qu’il faut penser à consulter.  

Comme d’autres formes d’anxiété, l'écoanxiété peut entraîner des problèmes persistants, comme: 

  • Inquiétude et rumination intenses;   
  • Sentiment d’impuissance et de fatalisme;   
  • Anxiété;   
  • Insomnie et cauchemars;   
  • Crises de panique;   
  • Perte de motivation pour les activités quotidiennes;   
  • Accentuation des risques d’abus de substances;   
  • Perte d’une partie de son identité;   
  • Désir de ne pas faire d’enfants;   
  • Sentiments de stress, de tristesse, de perte, de culpabilité, de désespoir et de colère.     

Si c'est votre cas, il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide.  

Peu de psychologues au Québec nomment l’écoanxiété dans leur offre de services. Mais ils savent reconnaitre et traiter l’anxiété en général, il ne faut donc pas hésiter à consulter si on pense que c’est nécessaire.  

• À lire aussi: 4 jeunes sur 10 ne veulent pas d’enfant en raison de la crise climatique

• À lire aussi: Le nouveau rapport du GIEC vous stresse? Voici comment mieux vivre avec votre écoanxiété

*

À VOIR AUSSI  

Dans les coulisses de la manif pour le climat  

s