Voici tout ce qu’il faut savoir sur le molnupiravir, la pilule contre la COVID-19 qui pourrait bientôt être approuvée | 24 heures
/bref

Voici tout ce qu’il faut savoir sur le molnupiravir, la pilule contre la COVID-19 qui pourrait bientôt être approuvée

Image principale de l'article La pilule contre la COVID-19
AFP

Une pilule pour traiter la COVID-19 pourrait enfin être commercialisée. Voici tout ce qu'il faut savoir sur le molnupiravir, ce médicament prometteur qui pourrait changer la lutte contre la pandémie.

• À lire aussi: Pfizer démarre un essai clinique pour un usage préventif de sa pilule anti-COVID-19

• À lire aussi: Traitements anti-COVID-19: l’armoire à pharmacie se remplit peu à peu

• À lire aussi: 7 choses à savoir sur le vaccin québécois de Medicago

C’est quoi au juste, le molnupiravir?  

Le molnupiravir, ou MK-4482/EIDD-2801 de son vrai nom, est un puissant antiviral de la famille des ribonucléosides. Il diminuerait considérablement la multiplication du SRAS-CoV-2, le virus responsable de la COVID-19. 

Les antiviraux agissent en empêchant le virus de se répliquer. Leur application peut être double: ils permettent aux personnes déjà atteintes de la maladie de ne pas souffrir de symptômes graves, et ils permettent à celles ayant été en contact rapproché avec le virus de ne pas développer la maladie.

Bonne nouvelle: il serait même actif contre les variants de la COVID-19 les plus courants.

Quels effets sur les risques d'hospitalisation et de décès?   

Le médicament, qui a été développé avec la société de biotechnologie Ridgeback Biotherapeutics, diminuerait de moitié les risques d’hospitalisation et de décès, selon les résultats d’un essai clinique. C'est ce qu'a annoncé Merck dans un communiqué

AFP

Pendant l’essai clinique, qui a été mené auprès de 775 personnes, le taux d’hospitalisation ou de décès chez les patients ayant reçu le médicament était de 7,3%, contre 14,1% pour ceux ayant reçu un placebo.

D’ailleurs, aucun décès n’a été constaté chez les personnes traitées avec le molnupiravir, contre huit dans le deuxième groupe.

Une demande d'autorisation déposée aux États-Unis  

Le laboratoire américain Merck va demander l’autorisation de l’agence des médicaments américaine (FDA) pour son traitement par voie orale. 

S’il est autorisé, ce médicament à prendre par voie orale serait le premier produit de ce type à être mis sur le marché. Ce type de traitement par comprimés, facile à administrer, est très attendu et est vu comme une façon efficace de combattre la COVID-19. 

Jusqu'à maintenant, les médicaments antiviraux testés pour combattre la COVID-19 s'étaient montrés peu convaincants. 

Sera-t-il disponible au Canada?  

Une demande d'autorisation a été déposée par Merck au pays, peut-on constater sur le site de Santé Canada. La demande est en cours d'examen depuis le 13 août dernier.

Jusqu'à maintenant, Santé Canada a approuvé quatre traitements contre la COVID-19, soit le remdésivir, le bamlanivimab, le casirivimab-imdevimab et le sotrovimab.

D'autres médicaments à venir?   

Pfizer a annoncé cette semaine avoir commencé un essai clinique de grande ampleur pour sa propre pilule contre la COVID-19. Le laboratoire souhaite tester la capacité de son médicament à réduire à titre préventif les risques d’infection dans l'entourage d’une personne ayant contracté la maladie. 

La pilule sera administrée en combinaison avec une «faible dose» de ritonavir, qui est utilisé contre le virus du sida.

D’autres laboratoires travaillent sur des antiviraux sous forme de comprimés, comme Atea Pharmaceuticals et le laboratoire Roche, qui étudient l’efficacité d’un traitement comparable, appelé AT-527.

 

– Avec l’AFP

À lire aussi

Et encore plus