Il faut qu’on parle de la nouvelle chanson étrange de Nicola Ciccone | 24 heures
/misc

Il faut qu’on parle de la nouvelle chanson étrange de Nicola Ciccone

Image principale de l'article Il faut qu’on parle du nouveau Nicola Ciccone

Vous connaissez Nicola Ciccone?

• À lire aussi: 27 affreuses photos de vedettes québécoises vues sur Wikipédia

• À lire aussi: On a réécrit des classiques de la littérature pour plaire aux wokes

Non, pas le joueur de hockey devenu député. Ça, c'est Enrico Ciccone. 

Nous on parle de Nicola. Le chanteur populaire. Celui qui a eu des succès radio avec des pièces comme J’t’aime tout court et Ciao Bella entre autres.

Le beau chanteur italien vient tout juste de faire paraître son plus récent album, Gratitude, et il crée déjà des vagues sur le web.

L’album débute de façon assez normale avec la pièce Sache, une chanson sur l’amour qui persiste malgré la séparation d’un couple.

Ensuite, on a droit à Ils ont fermé le monde, une pièce pop qui ressemble étrangement à Blinded by the Lights de The Weeknd. La chanson parle évidemment du confinement et mentionne l’expression «aplatir la courbe».

Mais c’est à partir de la pièce Dynamite que l’album prend une tournure étrange. Dans cette chanson pop effervescente, le chanteur raconte être en amour avec une femme plus jeune, mais avoir des réserves quant à son vocabulaire parsemé d’anglicismes. Si vous nous aviez dit l’an dernier que nous pourrions entendre Nicola Ciccone dire «full legit» dans une chanson, nous ne vous aurions pas cru.

Vers la fin de l’album, nous retrouvons la chanson engagée Haitiana. La pièce au rythme endiablé dénonce le racisme. Par contre, cette chanson a la particularité d’être chantée à moitié en anglais, malgré le fait qu’une chanson complète dénonce fortement le franglais. Si vous nous aviez dit l’an dernier que nous pourrions entendre Nicola Ciccone dire «street life» dans une chanson, nous ne vous aurions pas cru.

Nicola avait gardé le meilleur pour la fin. Gratitude se termine avec la ballade G.A.F.A., un acronyme pour Google Apple Facebook et Amazon. Dans la pièce, on dénonce les grosses compagnies de Silicone Valley, en les accusant de nous rendre individualistes et de nous pousser vers «la culture du like». Si vous nous aviez dit l’an dernier que nous pourrions entendre Nicola Ciccone dire «on veut voir tes gros lolos» dans une chanson, nous ne vous aurions pas cru.

Plusieurs internautes ont souligné avoir été surpris et amusés par certains sujets abordés dans l’album. 

Dire qu’on pensait que Nicola Ciccone ne sortirait jamais rien de plus étrange que Trip de bouffe!

Bonne écoute à tous.

Aussi sur le Sac de chips: 

s

s

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus